Les maladies chroniques et les maladies infectieuses sont interconnectées

Pour mon livre La fabrique des pandémies, j’ai interviewé 62 scientifiques internationaux, – des virologues, infectiologues, parasitologues, épidémiologistes, écologistes de la santé, médecins, vétérinaires, etc- qui tous « savaient » qu’une pandémie  pouvait à tout moment s’abattre sur l’humanité, s’ajoutant à la longue liste des « maladies infectieuses émergentes », apparues depuis une cinquantaine d’années. Ils « savaient » et n’ont cessé de tirer la sonnette d’alarme, en pointant la destruction de la diversité comme la cause principale de ces « émergences »,  sans être écoutés. Je retranscris ici l’entretien que j’ai réalisé avec le professeur Jeroen Douwes, épidémiologiste en Nouvelle Zélande, qui explique pourquoi nous ne sortirons pas de l’impasse , dans laquelle nous a plongés la COVID 19, si nous continuons d’oublier que « les maladies chroniques et les maladies infectieuses sont interconnectées ». Cet extrait fait partie du cinquième chapitre de mon livre, intitulé « Les maladies non transmissibles: l’hypothèse de la biodiversité ».

L’entretien avec le Prof. Douwes a été réalisé le 25 juin 2020, par skype.

« La perte de biodiversité est une arme à double tranchant : d’un côté, elle favorise le contact avec des agents pathogènes que l’homme n’avait jusque-là jamais rencontrés ; de l’autre, elle rend les humains plus susceptibles d’être affectés profondément par ces nouveaux microorganismes infectieux. En résumé, la destruction de la biodiversité signifie plus d’exposition et plus de fragilité. » C’est ce que m’a expliqué, le 25 juin 2020, le professeur Jeroen Douwes, qui, à cinquante-trois ans, dirige le Centre de recherche en santé publique de l’Université Massey, à Wellington. Et l’épidémiologiste, qui fait aussi partie du comité scientifique de l’agence de protection de l’environnement de Nouvelle-Zélande, d’enfoncer le clou, avec une franchise étonnante : « Les gouvernements dépensent d’énormes quantités d’argent pour tenter de sauver l’économie et de réduire les effets néfastes de la covid-19 en développant un vaccin. Tout cela est tout à fait légitime, mais j’aimerais bien qu’ils fassent de même pour juguler ces tueurs silencieux que sont les maladies chroniques non transmissibles, comme l’obésité, le diabète, les maladies respiratoires et les cancers. On a un peu tendance à oublier que ces pathologies chroniques tuent beaucoup plus de monde que la covid-19. C’est ma première observation. La seconde, c’est que les patients qui ont souffert de complications graves après leur infection par le SARS-CoV-2 développent fréquemment des pathologies chroniques, comme celles que j’ai précédemment énumérées. Il est donc impératif que les autorités publiques cessent de traiter séparément les deux types de pandémies, car elles sont intimement liées. Je rappelle que le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), qui dépend de l’OMS, a identifié plus de trente agents infectieux provoquant des cancers. La séparation entre les maladies infectieuses et les maladies chroniques est artificielle et va contre les intérêts de la santé publique. »

Pour être franche, la « tirade » tout à fait inattendue de Jeroen Douwes m’a fait du bien, car finalement, elle confirmait une intuition qui était devenue obsédante au fur et à mesure que se déroulaient mes entretiens très rapprochés – parfois trois par jour – avec les quelque soixante scientifiques que j’ai interviewés pour ce livre : la pandémie de covid-19 est un signal d’alarme, qui va bien au-delà de l’émergence d’un virus excrété par une pauvre chauve-souris, dans des conditions qui ne sont toujours pas élucidées…

Jeroen Douwes a fait son doctorat d’épidémiologie en Hollande, où il est né. En 1998, il est venu pour faire une spécialisation en santé environnementale en Nouvelle-Zélande, qui devait durer un an et demi, mais il y est finalement resté.

« Quel est le bilan de la pandémie en Nouvelle-Zélande ?

– Au 25 juin, nous avons 1 200 cas diagnostiqués et vingt-deux morts, ce qui est très peu pour une population de 5 millions d’habitants. Dès que l’épidémie a été confirmée en Chine, le gouvernement a fermé les frontières et décrété un confinement très strict. Après huit semaines, la vie a repris son cours normal, mais les frontières sont toujours fermées. Seules les personnes de nationalité néo-zélandaise ou résidant légalement dans le pays peuvent y entrer. Cette mesure est évidemment facilitée par l’insularité du pays.

– Pensez-vous qu’on aurait pu éviter cette pandémie ?

– Soyons clairs : le problème, ce ne sont pas les marchés humides chinois, qui sont anecdotiques. Cette pandémie n’est pas la dernière. Si nous ne revoyons pas de toute urgence notre rapport à la nature, nous vivrons dans une ère de confinement chronique, ce qui n’est évidemment pas une bonne nouvelle pour l’humanité. Par ailleurs, il n’est pas sûr que ce soit judicieux d’encourager la reprise frénétique des voyages et des transports d’un bout à l’autre de la planète. Les virus se déplacent aussi vite que les longs courriers et je dois dire que la vitesse de transmission du SARS-CoV-2 m’a impressionné.

– Vous avez conduit une étude exceptionnelle sur l’“association entre l’environnement naturel et l’asthme” en Nouvelle-Zélande, publiée en 2018[i]. Comment avez-vous procédé ?

– C’est vrai que cette étude est unique, car nous avons pu suivre près de 50 000 enfants nés en 1998 jusqu’en 2016, c’est-à-dire pendant dix-huit ans. Il est rare de pouvoir travailler sur une cohorte aussi importante et sur une durée aussi longue. Le gouvernement nous a autorisés à consulter les données d’état civil et sanitaires de tout le pays. Nous avions les adresses des 50 000 bébés, y compris quand leurs familles ont déménagé. Nous avons pu les croiser avec les images satellites, qui nous ont renseignés sur le type d’usage des terres et de végétation qui caractérisait le cadre de vie des enfants. La conclusion fut que le fait de vivre près d’un espace vert réduisait le risque asthmatique d’au moins 15 %, mais que l’intensité de la protection dépendait de la qualité de la végétation. La Nouvelle-Zélande compte d’importantes plantations de pins de Monterey qui constituent des facteurs de risque pour l’asthme. Même chose pour les ajoncs, qui donnent certes de belles fleurs jaunes, mais qui sont très épineux et allergènes. Pour que la protection soit efficace, il faut une végétation diverse et native de l’île.

« À partir de cette cohorte de bébés nés en 1998, nous avons réalisé une deuxième étude sur le lien entre l’exposition précoce à un environnement naturel et le « trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité » (TDAH)[ii]. Les résultats ont montré une réduction significative du risque pour les enfants qui ont grandi dans une aire rurale avec une riche biodiversité. Enfin – et là c’était encore plus surprenant –, pour une troisième étude qui est en cours de validation avant publication, nous avons suivi les 50 000 enfants depuis leur naissance jusqu’à l’âge de cinq ans[iii]. Nous avons observé que le fait de grandir dans un environnement naturel diversifié réduisait le risque de leucémie aiguë lymphoblastique de 35 %. L’un des facteurs souvent méconnus qui peut expliquer ce résultat est que les plantes à larges feuilles capturent une grande partie de la pollution de l’air. Enfin, dans un domaine qui ne concerne pas exclusivement les enfants, nous avons montré que les patients qui subissent une arthroplastie de la hanche récupèrent mieux et plus vite, en consommant nettement moins d’opiacés, s’ils vivent dans un environnement riche en biodiversité naturelle[iv].

« Les résultats de mon laboratoire sont en accord avec des centaines d’études réalisées par mes confrères partout dans le monde. Et nous disons tous la même chose : il est temps que les pouvoirs publics comprennent que la santé humaine dépend de celle des écosystèmes et des animaux, car tout est interconnecté. Il est temps aussi qu’ils agissent pour stopper la destruction de la biodiversité et le dérèglement du climat, dont les effets synergiques sont d’ores et déjà désastreux pour la santé publique. »

[i] Geoffrey Donavan et al., « Vegetation diversity protects against childhood asthma : results from a large New Zealand birth cohort », Nature Plants, vol. 4, juin 2018, p. 358-364.

[ii] Geoffrey Donavan et al., « Association between exposure to the natural environment, rurality, and attention-deficit hyperactivity disorder in children in New Zealand : a linkage study », The Lancet Planetary Health, vol. 3, n° 5, mai 2019.

[iii] Geoffrey Donovan et al., « An empirical test of the biodiversity hypothesis : exposure to plant diversity is associated with a reduced risk of childhood acute lymphoblastic leukemia », Social Science Research Network, janvier 2020.

[iv] Geoffrey Donavan et al., « Relationship between exposure to the natural environment and recovery from hip or knee arthroplasty : a New Zealand retrospective cohort study », British Medical Journal Open, vol. 9, 2019.

Mon hommage aux zadistes de Notre Dame des Landes

Merci à tous ceux et celles qui m’ont envoyé un message d’affection après avoir regardé la vidéo en hommage à mes parents. Du coup j’ai eu envie de mettre en ligne l’allocution que j’avais prononcée après le « discours » de Dominique Meda sur mes « 38 ans de service », selon la formule consacrée, car il est plus que jamais d’actualité. Je remercie Dominique d’avoir accepté de me remettre la légion d’honneur à Notre Dame des Landes, car, en 2013, c’était un geste politique et citoyen très fort… Sur le papier, rien ne l’interdisait, car tout récipiendaire peut choisir la personne – impérativement un « chevalier »- et le lieu de la cérémonie…

Hommage à mes parents

Après un long silence douloureux, j’ai décidé de rendre hommage à mes parents – Jeannette et Joël Robin- décédés respectivement le 28 octobre 2020 et le 21 février 2021. Avec mon mari David , je les ai accompagnés pendant trois mois dans la maison familiale des Deux-Sèvres, où j’ai grandi. J’ai souvent dit publiquement combien mes parents m’avaient insufflé le goût de la terre et de l’engagement « pour changer le monde », et aujourd’hui leur inspiration me manque cruellement…. J’ai choisi de rendre publiques ces images tournées par Marc Duployer lors de ma remise de légion d’honneur par la sociologue Dominique Meda, le 8 juin 2013, à Notre Dame des Landes, en plein combat contre la construction de l’aéroport . En montant cette vidéo dans les larmes et le rire, j’ai replongé dans l’émotion de cet événement exceptionnel, que mes parents considéraient comme l’un des plus beaux jours de leur vie. Une belle manière de leur dire « merci » ainsi qu’à tous ceux et celles qui ont permis de faire échouer ce grand projet inutile et ringard. D’autres victoires suivront!

 

Le soutien « inconditionnel » du Prof. Didier Sicard à « la fabrique des pandémies »

La lettre a transité par les Éditions La Découverte et je dois dire qu’elle m’a fait un bien fou. Elle était signée de Didier Sicard, professeur émérite à l’Université Paris-Descartes, ancien chef de service de médecine interne à l’hôpital Cochin, qui a présidé le Comité consultatif national d’éthique de 1999 à 2008. Elle commençait par ces mots: « Bravissimo…Je suis bluffé par votre ouvrage « La fabrique des pandémies ». Je l’ai lu d’un trait avec l’émotion  d’un lecteur qui non seulement partage totalement vos réflexions mais découvre que ses intuitions étaient fondées. L’écriture en est lumineuse, simple, intelligente, tellement plus que la plupart des articles scientifiques souvent pénalisés par leur complexité.C’est un ouvrage fondateur d’une vraie réflexion humaniste et porteur d’un futur aussi passionnant qu’inquiétant. Il devrait susciter des vocations de recherche « .

Je poursuis la transcription de la lettre car sa lecture en ligne n’est pas aisée.

« Depuis quinze ans je préside le jury d’une bourse franco-américaine destinée à des étudiants de psychologie et médecine. J’ai été atterré par le côté « mainstream » des projets scientifiques. Quasiment tous étaient porteurs d’un projet concernant une nouvelle enzyme ou un nouveau gène.

Un projet m’a surpris. Une chercheuse a proposé un travail sur la relation entre le changement climatique et la psychologie des jeunes. A Yale ! Le jury souriait. Je me suis battu. Elle a eu la bourse. Elle vient de m’écrire une lettre m’informant de la richesse au-delà de ses espérances de son travail.

La collaboration de Serge Morand a été essentielle. Mais votre acharnement à interroger les bonnes personnes suscite mon admiration inconditionnelle.

Si tout le monde lisait votre livre, cela sonnerait le glas de l’inconscience, de la stupidité et de l’hubris humain.

Merci et bravo.

Cordialement »

Mon livre « La Fabrique des pandémies » est arrivé!

Mon livre est arrivé! Intitulé « La fabrique des pandémies : préserver la biodiversité, un impératif pour la santé planétaire », il est publié par les éditions La Découverte. Je publie sur mon Blog l’introduction que j’ai rédigée. 

Introduction. Une « épidémie de pandémies »

« Voir un lien entre la pollution de l’air, la biodiversité et le covid-19 relève du surréalisme, pas de la science », a affirmé l’ancien ministre de l’Éducation nationale et de la Recherche Luc Ferry dans L’Express du 30 mars 2020, où il a fustigé les écologistes qui « confondent crise sanitaire et crise environnementale dans un but de récupération politique ». Ce livre entend montrer à quel point l’auteur du pamphlet Le Nouvel Ordre écologique est un philosophe bien mal informé[i][1].

On savait…

Depuis le milieu des années 2000, en effet, des dizaines de scientifiques internationaux tirent la sonnette d’alarme : la pression qu’exercent les activités humaines sur la biodiversité crée les conditions d’une « épidémie de pandémies », pour reprendre les termes de Serge Morand, parasitologue et écologue de la santé qui travaille pour le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) et le CNRS, et qui vit en Thaïlande depuis 2012 – il a écrit les encadrés « pédagogiques » figurant dans cet ouvrage, ce dont je le remercie vivement, ainsi que de son soutien décisif pour l’écriture de ce livre. Le cocktail qui favorise les émergences de maladies infectieuses est bien identifié, documenté et expliqué : la déforestation, pratiquée à large échelle dans les pays du Sud pour implanter des monocultures de soja, qui nourriront les animaux des élevages industriels européens ou de palmiers à huile qui alimenteront les réservoirs de nos voitures ; la fragmentation des forêts tropicales et espaces naturels, causée par le développement du réseau routier, des barrages et exploitations minières, mais aussi par l’urbanisation ; et la globalisation, qui encourage le déplacement de milliards d’humains, d’animaux et de marchandises d’un bout à l’autre de la planète. Toutes ces activités provoquent le dysfonctionnement, voire la destruction, des services écosystémiques, ce qui menace la santé des humains, des animaux et des plantes.

Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), fièvres hémorragiques de Congo-Crimée et du virus Ébola, fièvre de Lassa, syndrome respiratoire du Moyen-Orient (dû au coronavirus MERS-CoV), Nipah, grippe aviaire H1N1, fièvre de la vallée du Rift, zika, chikungunya et, maintenant, covid-19 : toutes ces maladies sont des « zoonoses », c’est-à-dire qu’elles sont transmises par des animaux aux humains. Elles font partie des « nouvelles maladies émergentes », dont le nombre a littéralement explosé au cours des cinquante dernières années : alors que dans les années 1970, une nouvelle pathologie infectieuse était découverte tous les dix à quinze ans, depuis les années 2000, le rythme s’est considérablement accéléré pour passer à au moins cinq émergences identifiées par an. La pandémie qui paralyse le monde depuis le début 2020 n’est donc que la face émergée de l’iceberg. D’autres pandémies vont suivre : là-dessus, les soixante-deux scientifiques interrogés pour ce livre sont formels. Et c’est pourquoi, de manière unanime, ils affirment que la solution n’est pas de courir après un énième vaccin, censé protéger contre une énième maladie infectieuse, au risque d’entrer dans une ère de confinement chronique de la population mondiale, mais de s’interroger sur la place des humains sur la planète, sur leur lien avec le reste du monde vivant, dont ils ne représentent qu’une espèce parmi d’autres. À l’unisson aussi, ils clament : « On ne peut pas dire qu’on ne savait pas. »

On savait. Sur tous les continents, en effet, des scientifiques de différentes disciplines (infectiologues, parasitologues, écologues, géographes, mathématiciens, démographes, ethnobotanistes, médecins, vétérinaires, etc.) ont montré que le meilleur antidote contre l’émergence de maladies infectieuses est la préservation de la biodiversité. Ils ont identifié les mécanismes à l’œuvre, comme l’« effet dilution » grâce auquel une riche biodiversité locale a un effet régulateur sur la prévalence et la virulence des agents pathogènes, dont l’activité est maintenue à bas bruit dans les écosystèmes équilibrés.

On savait. Mais les politiques font la sourde oreille, en continuant de promouvoir une vision techniciste et anthropocentrée de la santé, qui fait la part belle aux intérêts des multinationales pharmaceutiques et de l’agrobusiness, lesquelles partagent les mêmes actionnaires et fonds de pension, dont les dirigeants sont lobotomisés par la recherche de profits à court terme. Ce grand aveuglement collectif est entretenu par la balkanisation des disciplines scientifiques et des instances ministérielles, qui fonctionnent en « silos », sans aucune connexion entre elles. Les témoins de ce livre déplorent ainsi le manque de vision globale qui seul permettra de sortir de l’« ignorantisme » dénoncé par le sociologue Edgar Morin[ii] et donc de pouvoir agir efficacement contre le retour des pestes. À l’heure des grands défis de l’anthropocène – dérèglement climatique, extinction de la biodiversité, explosion des inégalités –, dont le risque pandémique constitue le dernier avatar, ils préconisent une conception holistique de la santé à l’interface hommes-animaux-écosystèmes, telle que proposée par les promoteurs de One Health (Une seule santé) ou de Planetary Health (La santé planétaire).

On savait. Mais la politique de l’autruche signe un manque de courage, évitant d’emprunter la seule issue qui vaille : la remise en cause du modèle économique dominant, fondé sur l’emprise prédatrice des humains sur les écosystèmes, qui pourrait conduire à l’effondrement de la vie sur Terre. La majorité des scientifiques qui s’expriment dans ce livre est convaincue que non seulement l’effondrement est possible, mais qu’il est déjà en marche.

Un livre de confinement

L’idée de ce livre est née après la lecture d’un article publié dans le New York Times le 28 janvier 2020 et intitulé « We made the coronavirus epidemic » (c’est nous qui avons fait l’épidémie de coronavirus). Intriguée, j’ai plongé dans Internet pour comprendre pourquoi le journaliste et écrivain scientifique David Quammen affirmait avec force arguments que nous, les humains, étions responsables de la pandémie qui allait mettre à genoux l’économie mondiale. C’est ainsi qu’au fil de ma recherche, j’ai découvert l’œuvre de Serge Morand.

Le 12 mars 2020, je l’ai contacté par Skype – confinement oblige – et je n’oublierai jamais son accueil : « Vous tombez bien, m’a-t-il dit, ça fait longtemps que j’attends qu’un réalisateur fasse ce que vous avez fait dans Le Monde selon Monsanto, à savoir réunir dans un même film tous les scientifiques qui, comme moi, essaient de tirer la sonnette d’alarme, en montrant par leurs travaux qu’il y a un lien direct entre la crise de la biodiversité et la crise sanitaire. » Serge m’a ouvert son carnet d’adresses et, pendant plus de trois mois, nous avons multiplié les échanges virtuels. Grâce à son aide, j’ai pu identifier et contacter soixante-deux scientifiques, qui m’ont permis d’écrire un projet de documentaire, dont le tournage devait commencer – si les conditions le permettent – début 2021.

En raison de la pandémie, j’ai dû modifier ma pratique : d’habitude, je tourne d’abord un film, qui nourrit l’écriture d’un livre, mais pour la première fois, j’ai fait l’inverse. Et je dois dire que ce fut une expérience exceptionnelle. Pendant cinq mois, jonglant avec les décalages horaires, j’ai échangé longuement, par écrans interposés, avec des femmes et des hommes issus des cinq continents, qui m’ont décrit avec passion leurs études de terrain ou de laboratoire et m’ont transmis leur amour de la Science. La Science avec un grand « S », celle qui ne passe pas de compromis douteux avec les puissances d’argent et qui ambitionne de servir l’humanité. Je les remercie du fond du cœur pour la confiance qu’ils et elles m’ont accordée.

Avant que le lecteur entame la lecture de ces pages, je voudrais rendre hommage à mes vieux parents, qui sont tombés gravement malades pendant l’été 2020. J’ai décidé de les rejoindre dans la maison de mon enfance, pour prendre soin d’eux. Ma mère nous a quittés un soir d’octobre. Je ne sais combien de temps mon père lui survivra. Mais tous les deux m’ont beaucoup soutenue pour que je termine ce « livre de confinement », qui « remet de la cohérence dans les désordres angoissants qui nous assaillent ». Je dois même dire que cette expérience nécessaire et douloureuse de l’accompagnement d’êtres très chers en fin de vie a fortement résonné avec la parole des scientifiques qui constitue la matière de ce livre : « Réapprenons à prendre soin », nous disent-ils avec un respect de la vie qui m’a tout simplement fait un bien fou.

Marie-Monique Robin, Gourgé, novembre 2020.

[1] Toutes les notes de référence sont classées par chapitre, en fin de ce livre, p. xxx.

Notes de l’introduction

[i] Luc Ferry, Le Nouvel Ordre écologique. L’arbre, l’animal et l’homme, Grasset, Paris, 1992.

[ii] Edgar Morin, Connaissance, ignorance, mystère, Fayard, Paris, 2017, p. 11.

Ibrahim Maalouf relaxé

Je viens d’apprendre que le trompettiste Ibrahim Maalouf a été relaxé en appel, de l’agression sexuelle envers une mineure qui avait effectué un stage dans son studio d’Ivry-sur-Seine en…  2013.

Je mets en ligne un papier que j’avais rédigé avant l’audience de la cour d’appel, prévue initialement le 23 mars, et repoussée en raison du confinement. Aucun des journaux que j’avais contactés (Mediapart, Huffington Post, Les Jours, L’observateur, Le Monde, Libération) n’avait accepté de le publier, même en version courte. Je laisse aux lecteurs et lectrices toute liberté pour interpréter ce refus. 

« Je suis extrêmement exigeante avec les enseignants qui travaillent avec les jeunes de la Maîtrise de Radio France. Or, en six ans de collaboration avec Ibrahim Maalouf, je n’ai jamais ressenti la moindre ambiguïté, ni aucune familiarité de sa part, alors que certaines adolescentes étaient fascinées par lui, au point de faire le planton devant sa loge.  Ibrahim savait très bien gérer ce genre de situation délicate, en mettant clairement une frontière entre lui et ses élèves. »

Disons le clairement : sans le témoignage de Sofi Jeannin, une Suédoise qui dirige la Maîtrise de Radio France, – 180 jeunes filles entre 13 et 17 ans-, je ne me serais pas lancée dans l’écriture de ce papier. Par les temps qui courent, il y a des coups à prendre, et j’ai plein d’autres chats à fouetter. Seulement voilà : au printemps 2019, j’ai reçu un mail énigmatique d’Ibrahim Maalouf qui voulait me parler. J’adore la musique de ce trompettiste hors pair. Mais pourquoi, diable, cherchait-t-il à me joindre ? Après une recherche sur internet, j’ai découvert que le 23 novembre 2018, le tribunal correctionnel de Créteil  l’a condamné à quatre mois de prison avec sursis pour une agression sexuelle sur une collégienne de 14 ans . Le musicien a fait appel. Et là j’ai compris la raison de son courriel.

 Du déni de la pédophilie à la « pédofolie »

Dans les années 2000, j’ai réalisé trois documentaires qui racontaient le calvaire d’enseignants accusés injustement de pédophilie[1]. J’ai même écrit un livre sur ce sujet politiquement incorrect[2]. C’est en tournant en 1999 un reportage pour Envoyé Spécial à l’Institut de santé mentale de la Mutuelle générale de l’éducation nationale (MGEN), surnommé « La Verrière », que j’ai entendu parler, pour la première fois, de « fausses allégations de pédophilie ». « Depuis peu, nous voyons arriver des enseignants qui ont été accusés de pédophilie et qui, bien que blanchis par la justice, n’arrivent pas à s’en remettre », m’avait expliqué le directeur de l’hôpital psychiatrique. Et puis, la même année, la directrice de l’école de mes trois petites filles avait annoncé que la classe verte annuelle était supprimée, car les instituteurs ne voulaient pas « courir de risque ».

C’était juste après l’affaire Dutroux. Le parcours meurtrier de « l’ogre de Charleroi » avait déclenché un tel cataclysme qu’on était passé du déni de la pédophilie, à ce que d’aucuns appelaient la « pédofolie »[3], c’est-à-dire « l’obsession des agressions sexuelles, ouvrant la porte à tous les excès », pour reprendre les mots de Marceline Gabel, qui contribua pourtant à la levée du tabou sur les abus sexuels en France. Dans un texte, intitulé « La question pédophile », l’avocat Henri Leclerc enfonçait le clou: « Notre société est en train de basculer dans un système de suspicion généralisée. Tout enseignant, tout adulte qui s’occupe d’enfants dans le cadre d’une activité associative devient un suspect en puissance. Ne va-t-on pas vers une société où l’on interdira d’aimer d’autres enfants que les siens ? » Et le président de la Ligue des droits de l’homme d’ajouter : « Or, dans ce domaine, vouloir apprécier les actes délinquants de façon nuancée, c’est courir le risque d’être accusé de défendre les pédophiles. »[4]

Les dégâts de la « circulaire Royal »

Face à la logorrhée médiatico-politique qui caractérisait les années de l’après-Dutroux, il fallait un certain courage pour se tenir un tant soit peu à l’écart de l’unanimisme ambiant, en évoquant publiquement les dérives de la lutte contre la pédophilie, qu’incarnait la fameuse « circulaire Royal » du 26 août 1997. En effet, surfant sur l’air du temps et désireuse de laver l’Éducation nationale de ses errements antérieurs, Ségolène Royal, alors ministre de l’Education nationale, s’était lancée dans une croisade contre les violences sexuelles à l’école.  Sa circulaire ne faisait pas dans la dentelle : elle enjoignait à tout fonctionnaire, sous peine de sanction, de signaler « immédiatement et directement » au procureur de la République la moindre allégation de pédophilie dont il aurait pris connaissance dans le cadre de son travail. « Le radicalisme du dispositif de signalement a entraîné une véritable épidémie d’accusations infondées, car le texte même autorise tout et n’importe quoi », m’avait expliqué Alain Aymonier, le président de la Fédération des autonomes de solidarité (FAS). »[5]

De fait, jusqu’au « Tchernobyl judiciaire »[6] que fut le procès de l’affaire d’Outreau, en mai 2004, les dérapages furent nombreux, n’importe qui pouvant effectivement dire n’importe quoi, pour d’obscurs motifs, en étant assuré de faire mouche. C’est ainsi qu’on vit des instituteurs suspendus et placés en détention provisoire, pour avoir mis la main sur l’épaule de l’un de leurs élèves ; on vit aussi des fonctionnaires zélés, dénoncer un collègue sur une simple rumeur, colportée par des élèves ou des parents malveillants qui voulaient régler leur compte à un enseignant. Les « signalements parapluie » provoquèrent des suicides, comme celui de Bernard Hanse ou de Vincent Cosson, deux professeurs d’éducation physique, finalement blanchis par la justice. Ces affaires déclenchèrent une véritable panique dans la profession, où on se mit à bannir les agrès pour éviter d’avoir à toucher les élèves en les parant.

D’après le bilan dressé par la FAS, de 1997 à 2004, quelque six cents enseignants ont été accusés à tort de pédophilie, et 73% des signalements adressés aux procureurs ont fait l’objet d’un classement sans suite, d’un non-lieu ou d’une relaxe. Clairement la machine judiciaire s’est emballée.

Une « justice d’exception »

Face à la pression conjointe de l’opinion et des pouvoirs publics s’est développée dans notre pays une véritable « justice d’exception », selon les termes de l’avocate  Florence Rault, car  « le droit s’est incliné devant les exigences vindicatives et croissantes de la dictature de l’émotion »[7].  Du Parquet aux juges du siège, en passant par les services de police et les experts, rares sont ceux qui ont su résister aux sirènes ambiantes en gardant la tête froide. « Toute affaire qui arrive sur le bureau du procureur est assurée d’un traitement judiciaire, le parquet s’estimant obligé de poursuivre, s’insurgeait ainsi la spécialiste de droit public dans un livre qu’elle a consigné avec le psychiatre Paul Bensussan. S’il s’agit d’un braquage ou d’un homicide, la justice respecte le droit ; en revanche, elle oublie tous ses principes, dès que surgit la moindre allégation d’abus sexuel ». [8]

De fait, la trentaine d’affaires que j’ai épluchées ne constituaient pas de simples « bavures », car elles présentaient des dysfonctionnements récurrents dessinant une catégorie judiciaire à part, mélange de droit d’exception et de non-droit pur et simple.  « On n’instruit pas sur des doutes mais à partir d’hypothèses qu’il faut vérifier » [9], résumait le juriste Antoine Garapon » dans la revue Esprit, où il énumérait toutes les dérives constatées : inversion de la charge de la preuve, où ce n’est plus au ministère public d’apporter la preuve des faits dénoncés, mais au mis en cause de prouver son innocence ; enquête uniquement à charge, absence de reconstitution et de confrontation ; expertises à sens unique.

« Toute attitude suspecte devient un début de preuve, y compris le fait que vous ayez des difficultés passagères avec votre épouse », m’avait expliqué Me Francis Lec, l’avocat de la FAS.» C’est ainsi que Vincent Cottalorda apprend pendant sa garde à vue qu’une fillette de six ans l’accuse de lui avoir touché « le zizi et le cucul » dans les toilettes. Découvrant l’identité de sa jeune accusatrice, il fournit deux informations qui n’intéressent guère les enquêteurs : un jour, elle s’était enfermée involontairement dans les WC de l’école, et il avait dû utiliser un tournevis pour faire sauter le loquet de la porte. Et puis, un an auparavant, il l’avait adressée à l’assistante sociale du secteur, en raison d’un comportement préoccupant. À ses dénégations, les gendarmes assènent la phrase miracle, source de tant de polémiques et d’erreurs judiciaires : « Les enfants disent toujours la vérité » . « En fait, déplorait Me Lec, la circulaire Royal a inscrit dans le marbre la présomption de crédibilité de l’enfant, qui, progressivement, a substitué à la présomption d’innocence, principe fondamental de notre système juridique, la présomption de culpabilité. »

Un « smack » controversé

« J’ai été très choquée par le procès en première instance : je suis venue témoigner de mon expérience avec Ibrahim, mais la juge ne m’a posé aucune question. Elle avait même l’air agacé par mon témoignage. » Les mots de Sofi Jeannin sont confirmés par la journaliste du Parisien, qui a noté que la  présidente du tribunal était « outrageusement hostile »[10], preuve, s’il en était besoin, que le régime judiciaire d’exception développé après l’affaire Dutroux est toujours à l’œuvre. Gageons qu’il en sera ainsi pour longtemps, car la récente et salutaire libération de la parole des femmes, victimes d’agressions sexuelles dans le cadre de leur travail, ne peut qu’accentuer la pression sur les professionnels de la justice qui n’ont malheureusement pas été formés pour éviter ce que Paul Bensussan appelle « les pièges du soupçon »[11]. La principale difficulté que ceux-ci rencontrent est l’impossibilité de réunir des preuves légales permettant d’établir la réalité de l’agression (sauf en cas de viol sur de très jeunes enfants), car en l’absence de témoins et de traces physiques du forfait, l’ensemble de la procédure repose finalement sur le témoignage du mineur accusateur confronté à la parole de l’adulte mis en cause. Pour sortir de ce dilemme insoluble – qui croire ?- tous ceux qui entendent concilier la présomption d’innocence et la protection de l’enfance, recommandent de se poser une première question : quels sont les faits reprochés et sont-ils matériellement possibles ? Cela semble tomber sous le sens, mais dans plusieurs affaires de mon corpus, cette vérification élémentaire n’a pas été faite : ainsi il a fallu seize mois à une juge d’instruction du Maine et Loire pour établir que les « allégations fantasmatiques » d’un élève de sept ans, qui accusait son instituteur d’avoir tenté de le sodomiser pendant la récréation, étaient « infondée , en raison de la configuration de la salle de classe, avec deux grandes fenêtres donnant sur une rue passante ». Seize longs mois, pendant lesquels l’instituteur a été suspendu de ses fonctions par l’Education nationale, alors qu’un simple transport sur les lieux lui aurait évité ce calvaire.

Quels sont les faits reprochés à Ibrahim Maalouf ?  D’après les comptes rendus de la presse, ils se seraient produits en décembre 2013, pendant le stage de 3ème qu’effectuait l’adolescente de quatorze ans, apprentie trompettiste, dans la société de l’artiste (alors âgé de 33 ans). Le musicien et son ex-stagiaire s’accordent sur l’objet du délit :  un baiser a bien eu lieu, le mercredi 11 décembre, devant l’Olympia, autour de 22 heures 45, au moment où se terminait un concert de Elton John. Ce soir-là, Maalouf avait rendez-vous avec Pierre Niney et une équipe de Paris Première, pour une interview dans le cadre de la promotion du film Yves Saint-Laurent, dont il avait fait la musique. L’artiste n’a cessé de clamer que le « bisou » « a été initié par la jeune fille,  ainsi que l’écrit Le Monde.  A la barre, il a mimé comment il lui a  pris les poignets  pour la repousser,  sans la brusquer »[12], ce que conteste l’accusatrice.

Inquiets de l’état de santé de leur fille qui se scarifiait et souffrait de troubles alimentaires, les parents ont porté plainte en janvier 2016, plus de deux ans plus tard. Comme l’a rapporté Laure Beccuau, procureur de Créteil, c’est bien le « smack » – « un acte unique » que Maalouf aurait « regretté » -, qui est à l’origine de l’ouverture d’une enquête préliminaire pour « atteinte sexuelle ». Dans l’entretien qu’elle a accordé à l’AFP, la procureur, souligne « l’état psychologique compliqué de l’adolescente, qui était dans une relation d’admiration face à son idole»[13]. Manifestement, au cours d’une nouvelle audition, l’ accusatrice a rajouté une seconde accusation : Ibrahim Maalouf aurait procédé à des attouchements dans son studio d’enregistrement. « Attrapée par le bassin, comme si on faisait l’amour mais habillés je sentais son sexe derrière moi sur mes fesses », a-t-elle déclaré à la barre.  Lors du procès, l’ancienne stagiaire, alors âgée de 18 ans, a modifié sa déposition initiale : les attouchements n’auraient pas eu lieu le jeudi-après midi, comme elle l’avait d’abord affirmé, car l’artiste a pu prouver qu’il était absent ce jour-là, mais le vendredi après-midi. Ibrahim Maalouf rejette ces accusations, en arguant  qu’après l’incident devant l’Olympia, il s’est organisé pour n’être jamais seul avec l’adolescente dans son studio, où des caméras de surveillance filment en permanence. Curieusement, le juge n’a pas estimé nécessaire de se transporter sur les lieux, ni d’organiser une reconstitution ou une confrontation. Son enquête s’est résumée à une audition de la jeune fille,  à une expertise psychiatrique de l’accusatrice et de l’accusé , et à l’interrogatoire de Maalouf qui est resté deux jours en garde à vue, sans l’assistance d’un avocat « J’ai été convoqué par la police, sans connaître le motif, m’a raconté le musicien. Le policier n’a cessé de me répéter qu’à cause de moi cette jeune fille était en danger et qu’elle avait besoin de mes excuses pour aller mieux. J’étais bouleversé. J’ai signé les procès-verbaux sans les relire, car mes musiciens m’attendaient pour un enregistrement depuis quarante-huit heures, sans savoir où j’étais ».

Finalement, l’affaire a été requalifiée en « agression sexuelle », ce qui, à  la différence du délit d’ « atteinte sexuelle », exclut le consentement du ou de la mineur(e) âgé(e) de moins de 15 ans. Depuis sa condamnation en première instance Ibrahim Maalouf est inscrit sur le fichier des délinquants sexuels.

La parole de l’enfant n’est pas « sacrée »

« Pourquoi mentirait-elle ? C’est ce qu’a dit le procureur à propos de la jeune plaignante , se souvient Sofi Jeannin. C’est étrange d’entendre cette question de la part d’un professionnel de la justice. J’ai déjà eu un élève qui était amoureux de moi. C’est un fantasme courant chez des adolescents qui reportent leur désir d’amour sur des personnes de référence qu’ils admirent. Ce fantasme fait partie de la construction des jeunes, et il n’est pas dangereux quand il se passe dans un lieu sûr ». Les propos de la directrice de la Maîtrise de Radio France sont au cœur du débat qui continue de déchirer les professionnels de la protection de l’enfance sur la « crédibilité de la parole de l’enfant ». De nombreux travaux ont été menés sur la suggestibilité des tout petits enfants, comme ceux, pionniers, du psychologue Alfred Binet. L’inventeur du quotient intellectuel a notamment montré que les enfants peuvent être influencés par l’interrogateur, en s’appropriant les informations qu’il a insinuées par ses questions. De même dans un livre-référence L’enfant témoin[14], Stephen Ceci et Maggie Bruck, professeurs de psychologie à l’Université Cornell (États-Unis) et McGill (Canada) dressent le bilan des multiples expériences conduites dans des laboratoires d’Amérique du Nord, où des scandales de l’ampleur d’Outreau ont défrayé la chronique : celles-ci ont mesuré l’effet des techniques d’interrogatoire sur le compte rendu des enfants et leur capacité à distinguer entre des faits réels et imaginaires. Et la conclusion est sans appel : « L’exactitude du rapport d’un enfant décroît à mesure qu’il est interrogé de manière suggestive par des interrogateurs qui éludent l’examen d’hypothèses alternatives. De tels interrogatoires peuvent ternir la preuve à un degré tel que la vérité risque de ne plus jamais faire surface ». Pour les adolescents en prise avec l’irruption de fantasmes sexuels, le risque de ce que le psychologue Hubert Van Gijseghem appelle un « faux positif » – à savoir une suspicion d’abus sexuels qui n’ont eu lieu que dans l’imagination de ceux qui les ont dénoncés, mais qui sont, néanmoins, traités comme des abus avérés-  est d’autant plus grand que n’a pas été pris en compte le « contexte de la divulgation, c’est-à-dire les circonstances entourant le dévoilement »[15]. Considéré comme l’un des pionniers dans la recherche scientifique sur les abus sexuels envers les enfants, le professeur de l’Université de Montréal propose d’utiliser une grille d’analyse systématique, baptisée « Statement Validity Analysis », pour aider les experts à évaluer le témoignage de l’enfant, et tout particulièrement des adolescents. Cette grille est également recommandée par des chercheurs proches du docteur Pierre Straus, qui fut le « découvreur » en France des abus sexuels sur enfants. Dans un ouvrage collectif, intitulé Allégations d’abus sexuels, parole d’enfant, parole d’adultes[16], le psychiatre Frank Zigante note  que « la probabilité qu’une énonciation  soit fausse » augmente considérablement  avec « les jeunes adolescents peu structurés et carencés affectivement, dont la fantasmatisation peut être débordante à cette époque de leur vie ».  Dans ce cas, précise son collègue Michel Boublil, l’allégation « pourra être un mensonge volontaire destiné à nuire, une croyance délirante, le symptôme d’un trouble de la personnalité, le signe d’une anxiété pathologique à l’égard de la sexualité en général ou des abus sexuels en particulier. » Parmi les dix questions que comprend la grille d’évaluation, j’en retiens deux qui me paraissent pertinentes pour l’affaire Maalouf :

– « Qui révèle l’allégation : c’est-à-dire qui fait de ce qui est dit et entendu une allégation d’abus sexuels ?

– Quel est l’état de l’accusateur? Son développement est-il harmonieux ? »

Des vies brisées

« En expertise, le magistrat nous demande d’évaluer la crédibilité de l’enfant. Or, il y a un amalgame qu’il faut lever entre crédibilité, sincérité, vérité et véracité. La crédibilité cela veut dire : “Je n’ai pas détecté chez cet enfant une tendance particulière à l’affabulation.” La sincérité, c’est le fait de croire à ce que l’on raconte. Être sincère ne signifie pas forcément dire la vérité. D’ailleurs, de quelle vérité parlons-nous ? De la vérité psychologique, c’est-à-dire de ce que le sujet ressent ? De la vérité judiciaire, c’est-à-dire de ce que la justice va pouvoir établir comme avéré ou comme infondé ? Ou de la vérité historique, c’est-à-dire de ce qui s’est réellement passé ? » [17]

Ainsi s’exprimait le psychiatre Paul Bensussan, lors d’un colloque intitulé « Écouter l’enfant et respecter la présomption d’innocence », qui réunissait des magistrats, des avocats, des psychiatres, des inspecteurs d’académie et des responsables de la protection de l’enfance. C’était la première fois qu’étaient publiquement débattus les effets dévastateurs sur les mineurs eux-mêmes des « fausses allégations de pédophilie » que Marceline Gabel considérait comme une « autre forme de maltraitance » des enfants. Dans un entretien filmé[18] que la responsable de l’Observatoire de l’enfance en danger, a réalisé avec Paul Bensussan, celle-ci tirait la sonnette d’alarme : « Les fausses allégations d’abus sexuel fabriquent une victime, car l’enfant va devoir grandir dans la conviction qu’il a été victime d’un abus sexuel. » De fait, une étude publiée par Linda Starr, une chercheuse de l’Université de Caroline du Nord, confirme les tourments psychologiques qui affectent de jeunes adultes ayant fait condamner injustement des hommes pour pédophilie : « Ces enfants, qui n’ont pas été abusés sexuellement, ont néanmoins expérimenté un trauma comparable à ceux qui l’ont réellement été »[19], a-t-elle déclaré au New York Times.

Des trente cas que j’ai étudiés, il ressort que les dégâts causés sont énormes :  pour l’accusateur qui paie les pots cassés d’un traitement judiciaire inapproprié de son mal-être ; et pour le mis en cause, dont la vie et la carrière sont brisées par l’étiquette qui lui colle à la peau. Après sa condamnation en première instance, Ibrahim Maalouf a perdu plusieurs contrats à l’étranger, ainsi que de nombreuses collaborations en France, comme celle avec la Maîtrise de Radio France. « Tant qu’il ne sera pas blanchi par la justice, je ne pourrai plus travailler avec lui, déplore Sofi Jeannin. C’est triste car ce n’est pas facile de trouver des ambassadeurs de son calibre qui aiment transmettre leurs compétences et acceptent de consacrer un peu de leur temps à la pédagogie »

[1] « L’ère du soupçon » (France 3, 2002) ; « Chasse au pédophile, quand la rumeur tue» (Canal+, 2004) et « L’école du soupçon » ( France 5 , 2007).

[2] L’école du soupçon, les dérives de la lutte contre la pédophilie, La Découverte, Paris, 2005.

[3] C’est le titre d’un livre du psychanalyste Alex Raffy, La Pédofolie. De l’infantilisme des grandes personnes, De Boeck, Bruxelles, 2004.

[4] Henri Leclerc, « La question pédophile », L’Infini, automne 1997, p. 6.

[5] La FAS propose un « appui juridique, financier et moral » à ses 715 000 adhérents, tous issus de l’enseignement public ».

[6] Le Parisien, 10 juin 2004.

[7] Vincent Magos (dir.), Procès Dutroux. Penser l’émotion, Coordination de l’aide aux victimes de maltraitance/ministère de la Communauté française, Temps d’arrêt, Bruxelles, p. 129.

[8] Paul Bensussan et Florence Rault, La Dictature de l’émotion. La protection de l’enfant et ses dérives, Belfond, Paris, 2002.

[9] Esprit, 1er juillet 2004.

[10] Le Parisien, 10 novembre 2018.

[11] Paul Bensussan, Inceste, le piège du soupçon, Belfond, Paris, 1999

[12] Le Monde, 23 novembre 2018.

[13] Le Figaro et  AFP agence, 9 mars 2017.

[14] Stephen J. Ceci et Maggie Bruck, L’Enfant témoin. Une analyse scientifique des témoignages d’enfants, De Boeck Université, Bruxelles, 1998

[15] Hubert Van Gijseghem (dir.), Us et abus de la mise en mots en matière d’abus sexuel, Éditions du Méridien, Montréal, 1999

[16] Michel Manciaux et Dominique Girodet (dir.), Allégations d’abus sexuels. Parole d’enfant, paroles d’adultes, Fleurus, Paris, 1999

[17] Fédération des autonomes de solidarité, Actes du colloque « Écouter l’enfant et respecter la présomption d’innocence », 21 février 2002.

[18] Produit par ANTHEA, avec le soutien du conseil général du Var, l’entretien a été diffusé dans la collection « Parole donnée ».

[19] Maggie Jones, « Who was abused ? », New York Times, 19/9/ 2OO4.

Conférence inaugurale du colloque médical suisse Quadrimed

Voici le texte de la conférence inaugurale que j’ai tenue pour l’ouverture de la 33ème édition du colloque médical suisse Quadrimed, organisée à Crans Montana du 30 janvier au 2 février. 500 médecins ont assisté à la conférence qui s’est terminée par une ovation de plusieurs minutes.

Photos: Dr. Jean-George Frey.

« Je suis très honorée d’ouvrir ce colloque dédié aux médecins et personnels de santé suisses. J’ai fondé mon intervention sur mon film et livre « Notre poison quotidien » qui ont fait la Une de cinq magazines français en 2011, dont Usine nouvelle qui avait titré « le livre qui empoisonne l’industrie chimique ». Publié en aux Etats-Unis, le livre a été reconnu comme « l’un des livres les plus importants de l’année » par le prestigieux Kirkus review. Pour cette investigation, j’ai étudié exclusivement les produits chimiques qui contaminent la chaîne alimentaire, du champ du paysan (pesticides) à l’assiette du consommateur (additifs alimentaires et plastiques).

C’était la première fois qu’une investigation essayait de répondre à deux questions jusqu’alors ignorées :

-Comment sont réglementés les quelque 100 000 produits chimiques qui ont envahi notre environnement et nos assiettes depuis la fin de la seconde guerre mondiale ?

-Y-a-t-il un lien entre l’exposition à ces substances chimiques et l’augmentation du taux d’incidence des cancers, maladies neurodégénératives, troubles de la reproduction, diabète et obésité que l’on constate notamment dans les pays industrialisés, au point qu’en 2006 l’OMS a tiré la sonnette d’alarme en demandant que soit mise en place une stratégie pour « contrôler » ce qu’elle appelle « une épidémie de maladies chroniques évitables ».

L’« épidémie » a fait l’objet en 2008 d’une expertise collective de l’Inserm – l’Institut national de la santé et de la recherche médicale en France. Dans leur rapport de 900 pages, les 33 experts constatent : « Si l’on tient compte des changements démographiques, à savoir l’augmentation et le vieillissement de la population française, au cours des vingt dernières années, le taux d’incidence du cancer a augmenté de 35 % chez l’homme et de 43 % chez la femme ».

Pour le cancer du sein, une femme née en 1953 a trois fois plus de « chance » d’avoir un cancer du sein que femme née en 1913. Pour le cancer de la prostate, un homme né en 1953 a douze fois plus de « chance » qu’un homme né en 1913
Pour le cancer de l’enfant, le taux d’incidence du cancer augmente  de 1, 5 % par an (cancer du cerveau et leucémie). Le cancer est la  2ème cause de mortalité chez les enfants entre 1 et 14 ans, après les accidents domestiques.

Pour un nombre croissant d’experts, la cause principale de cette évolution, c’est la pollution environnementale. C’est ce qu’a montré en 2000 une étude suédoise qui a examiné la situation médicale de 44 788 paires de jumeaux monozygotes enregistrés en Suède, au Danemark et en Finlande, pour évaluer les risques concernant vingt-huit sites de cancer. En effet, écrivent les auteurs« si le cancer était une maladie purement génétique, les vrais jumeaux feraient les mêmes types de cancer », or « c’est loin d’être le cas ». La conclusion est sans appel : « Les facteurs génétiques héréditaires contribuent de façon minoritaire à la susceptibilité pour la plupart des néoplasmes. » En revanche, les facteurs environnementaux, comme l’exposition aux produits chimiques,  jouent un rôle prépondérant.

C’est ainsi qu’en France la maladie de Parkinson a été reconnue comme maladie professionnelle agricole en 2012, et le lymphome non hodgkinien en 2015.

Si le but du système de réglementation des produits chimiques est de protéger les citoyens, force est de reconnaître que c’est un échec !

L’INEFFICACITÉ DU SYSTÈME DE RÉGLEMENTATION

Comment a été élaboré ce système de réglementation et sur quelles bases scientifiques repose-t-il ? Après une longue enquête j’ai découvert que la paternité est communément accordée à René Truhaut, (1909-1994), qui fut titulaire de la chaire de toxicologie de la faculté de Paris et est considéré comme l’un des pionniers de la cancérologie française. Dans les années 1950, il s’est ému de la présence de molécules chimiques non testées dans la chaîne alimentaire. J’ai retrouvé une archive où René Truhaut exprime clairement son inquiétude.

Le maître de René Truhaut est Paracelse, le médecin suisse du XVI ème siècle à qui on doit la fameuse phrase : « Tout peut être poison: c’est la dose qui fait la différence entre un poison et un remède », plus connue sous sa version courte : « c’est la dose qui fait le poison ». C’est ainsi que le toxicologue français proposa à l’OMS de développer une norme baptisée  la « Dose Journalière Admissible » ou « Acceptable » (DJA) qui fut d’abord adoptée en 1961 pour les additifs alimentaires et en 1963 pour les résidus de pesticides. Voici la définition qu’en donne René Truhaut : « La DJA est la quantité d’additif alimentaire qui peut être ingérée quotidiennement , et pendant toute une vie, sans aucun risque ». En d’autres termes, la DJA désigne la dose de poison chimique qu’on est censé pouvoir ingérer quotidiennement sans tomber malades.  J’ai coutume d’ajouter : sans tomber « raides morts ». Et je dis bien « poison », car s’il ne s’agissait pas d’un poison, il n’y aurait nul besoin de développer ce genre de norme.

Dans les documents que j’ai retrouvés à l’OMS, l’« initiateur du concept de la DJA », comme il se présente lui-même, ne dit rien sur les travaux qui ont inspiré son invention ni sur les études qu’il aurait pu réaliser pour la nourrir. Il se contente de dresser une chronologie des réunions  qui ont conduit les experts de l’OMS et de la FAO à adopter sa proposition.   Sincèrement soucieux des risques pour la santé publique liés à la présence de produits chimiques dans l’alimentation, René Truhaut exprime certes une préoccupation, très rare à l’époque, sur ce qu’il appelle les « risques du progrès ». Pour autant, il n’entend aucunement remettre en cause l’idée que ces innovations auraient une « utilité technologique » : il ne s’agit pas pour lui de demander l’interdiction pure et simple de substances toxiques, voire cancérigènes « ajoutées intentionnellement à la nourriture » dans le seul intérêt économique des fabricants, mais de gérer au mieux le risque qu’elles engendrent pour le consommateur, en essayant de le réduire au minimum.

Pour que chacun comprenne comment la fameuse DJA est fixée, je laisse la parole à Diane Benford  chef de l’évaluation du risque chimique à l’agence des standards alimentaires du Royaume Uni.

Le malaise de la Britannique est palpable, car, comme l’écrit lui-même René Truhaut dans un texte de 1991, avec une étonnante franchise, la DJA est un concept « un peu flou ». A commencer par la NOAEL, mot à mot « no observed adverse effect level », la « dose sans effet toxique observé », ou encore le facteur de sécurité de 100, qui fut adopté au doigt mouillé. C’est ce qu’a rapporté Bob Shipman, un expert de la Food and Drug Administration (FDA) dans une conférence où il évoqua la « méthode BOGSAT », pour « a bunch of guys sitting around the table (une bande de mecs assis autour de la table).C’est aussi ce qu’a confirmé René Truhaut en personne dans un article de 1973, où il admet que le facteur de sécurité de 100 était quelque peu « arbitraire ». Dans un document qu’elle a rédigé à destination des industriels, Diane Benford admet aussi que le facteur de sécurité de 100 est une « convention », fondée sur une « décision arbitraire ». Au passage, la Britannique souligne que la principale source « de variation et d’incertitude » du processus d’évaluation réside dans la différence qui existe entre des animaux de laboratoire élevés dans des conditions d’hygiène maximales et exposés à une seule molécule chimique, et la population humaine qui présente une grande variabilité (génétique, maladies, facteurs de risque, âge, sexe, etc.) et est soumise à de multiples expositions.

Pour dire les choses clairement : la DJA est un « bricolage », pour reprendre les termes de Erik Millstone, philosophe et historien des sciences à l’Université du Sussex: « La DJA a l’apparence d’un outil scientifique, parce qu’elle est exprimée en milligramme de produit par kilo de poids corporel, une unité qui a le mérite de rassurer les politiques, car elle a l’air très sérieuse, m’a-t-il expliqué, mais ce n’est pas un concept scientifique ! D’abord, parce que ce n’est pas une valeur qui caractérise l’étendue du risque mais son acceptabilité. Or l’ “acceptabilité” est une notion essentiellement sociale, normative, politique ou commerciale. “Acceptable”, mais pour qui ? Et derrière la notion d’acceptabilité il y a toujours la question : est ce que le risque est acceptable au regard d’un bénéfice supposé ? Or, ceux qui profitent de l’utilisation des produits chimiques sont toujours les entreprises et pas les consommateurs. Donc ce sont les consommateurs qui prennent le risque et les entreprises qui reçoivent le bénéfice. » Fin de citation.

Mais le « bricolage » ne s’arrête pas là ! A quoi sert la DJA, si on ne tient pas compte du niveau de résidus de pesticides que l’on trouve sur les fruits et légumes traités? Un exemple : le glyphosate, l’herbicide le plus vendu au monde, qui a une DJA de 0,5 mg/kg de poids corporel et que  l’on est susceptible de retrouver sur 378 aliments, d’après les données de l’Union européenne. Comment s’assurer que le consommateur n’atteindra pas sa dose journalière acceptable de glyphosate en mangeant des lentilles, des pommes de terre et des oignons ?

Pour répondre à cette question délicate, les experts ont inventé un second concept celui de LMR, qui signifie « Limite Maximale de Résidus ».

Je laisse la parole à Herman Fontier, le chef de l’Unité pesticides de l’EFSA, l’autorité européenne pour la sécurité des aliments, qui franchement ne m’a pas rassurée…

 

LES ETUDES DOUTEUSES DE L’INDUSTRIE

La DJA et les LMR sont les deux piliers du processus de réglementation des produits chimiques. Leur fondement est tout sauf scientifique, ce qui représente le premier problème. Ensuite, leur mode de calcul repose sur des études fournies par les industriels, ce qui représente un deuxième problème. Il faut savoir, en effet, que les données toxicologiques fournies par les industriels aux agences de réglementation sont secrètes, car couvertes par le secret commercial. De plus, elles ne sont jamais publiées dans les revues scientifiques à comité de lecture. Autant dire que l’opacité et la non transparence sont la règle !

C’est ce que j’ai découvert lors de ma visite au Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) qui dépend de l’OMS et est chargé d’évaluer le potentiel cancérigène des produits chimiques. Or, pour faire ses monographies, le CIRC se fonde uniquement sur des études publiées. Si les études ne sont pas publiées, l’évaluation n’est pas possible, ce qui permet aux industriels de dire que leurs produits ne posent pas de problème ! C’est ce que m’a expliqué l’épidémiologiste américain Vincent Cogliano, qui dirigeait alors les monographies du CIRC.

Bel aveu!

En fait, quand  le CIRC peut enfin évaluer un pesticide, c’est que les dégâts  sanitaires ou environnementaux qu’il a causés sont déjà considérables. Ce fut le cas du DDT. C’est précisément parce que les inquiétudes concernant l’impact de cet insecticide ne cessaient d’augmenter que des laboratoires indépendants ont décidé de réaliser des études qui furent publiées, ce qui a permis au CIRC de l’évaluer. Même chose pour le glyphosate qui fut classé comme « cancérigène probable pour les humains » en 2015. La classification du CIRC ne reposait pas sur les études toxicologiques fournies par Monsanto pour établir la DJA ou les LMR, car elles étaient couvertes par le secret commercial.

D’ailleurs, il est courant que les normes fixées soient changées sur simple demande des industriels, la preuve , s’il en était besoin, que la DJA et les LMR sont une mascarade. Ainsi que je l’ai révélé dans mon livre Le Roundup face à ses juges, la LMR du glyphosate pour les lentilles a été multipliée par 50 (en passant de 0,2 mg/kg à 10 mg) sur simple courrier de Monsanto à l’EFSA qui a obtempéré !

Par ailleurs, les industriels de la chimie ont développé de multiples techniques pour cacher ou minimiser la toxicité de leurs produits.  C’est ce que l’épidémiologiste américain, David Michaels, appelle « la fabrique du doute ». Dans un ouvrage très documenté, il raconte qu’au début des années 1960, l’industrie chimique s’est inspirée des méthodes de l’industrie du tabac pour maintenir l’illusion d’un débat scientifique en finançant des études biaisées destinées à semer le doute chez les agences de réglementation mais aussi dans l’opinion publique. David Michaels qui fut nommé par Barak Obama à la tête de l’OSHA, l’agence américaine chargée de la sécurité au travail, décrit les multiples « tricks » (trucs) qui permettent cet enfumage : comme l’effet dilution  qui consiste à mélanger des personnes exposées à la substance étudiée et des personnes non exposées. C’est ce qu’avait fait Monsanto lors d’une étude conduite sur le 2,4,5,T, un herbicide qui était l’un des composants de l’agent orange, et qui avait la caractéristique de produire de la dioxine, lors de son processus de fabrication. Pour dénigrer les propriétés cancérigènes de la dioxine  et donc éviter de payer des réparations aux vétérans de la guerre du Vietnâm, un scientifique payé par Monsanto avait mélangé dans son étude des ouvriers exposés à la dioxine, lors d’un accident survenu dans une usine de Virginie, à des ouvriers non exposés. Résultat: il y avait autant de cancers dans le groupe exposé que dans le groupe témoin, donc, circuler il n’y a rien à voir. J’ai révélé cette manipulation dans mon livre et film Le monde selon Monsanto.

Malheureusement, de nombreux scientifiques n’hésitent pas à se prêter à ce genre d’exercice en travaillant dans des laboratoires privés qui pratiquent ce qu’on appelle la « defense research », la« recherche défensive », à savoir la science conçue dans le seul but de défendre les produits des industriels. C’est ce que m’ont raconté Michael Thun, qui fut vice-président de la société américaine du cancer et Peter Infante, un épidémiologiste américain qui a fait toute sa carrière à l’OSHA, et qui dénonce le rôle néfaste des « mercenaires de la science » ou plus crûment la « science prostituée ».

Je vais citer brièvement plusieurs techniques récurrentes, utilisée par les industriels pour cacher la toxicité de leurs produits,  qui expliquent l’inefficacité du système de réglementation des poisons chimiques :

  • Conflits d’intérêt

Malheureusement les agences de réglementation n’exigent pas la publication des conflits d’intérêt des auteurs qui ont réalisé les études qu’elles évaluent. Elles acceptent aussi des études non publiées, et même de simples résumés de données.

Par ailleurs, jusqu’en 2000, les conflits d’intérêt des auteurs des publications scientifiques n’étaient pas non plus publiés. Depuis 2001, 13 revues scientifiques de renom (The Lancet, JAMA) l’exigent mais il y a peu de contrôles.

Pourtant, cette exigence n’est pas anodine : des chercheurs  ont comparé les études  conduites sur l’aspartame ou le bisphénol A. Ils ont constaté que 100% des études conduites par l’industrie étaient favorables à ces deux produits, tandis que la majorité des études conduites par des laboratoires indépendants concluaient à des effets nocifs. C’est ce qu’on appelle le « funding effect », c’est-à-dire l’effet du financement sur les résultats scientifiques. En d’autres termes: dis-moi qui te finance, et je te dirais quels sont tes résultats…

Le Lobbying

Dawn Forsythe, qui a dirigé jusqu’à la fin 1996 le département des affaires gouvernementales de la filiale américaine de Sandoz Agro, un fabricant suisse de pesticides, m’a raconté que sa mission consistait à créer des « groupes pro-pesticides », c’est-à-dire des associations de paille dans les 50 états de l’Union. Les représentants de ces « groupes » – des universitaires ou de simples citoyens- dûment payés étaient chargés de répondre à la presse, dès qu’un problème surgissait.

Le « Ghost writing »  ou la technique des « auteurs fantômes ».

Ainsi que je l’ai raconté dans mon livre Le Roundup face à ses juges, les  Monsanto Papers ont révélé cette technique développée par la multinationale américaine dans l’affaire du glyphosate. Elle consiste à demander à un universitaire renommé de mettre son nom sur une étude préparée par Monsanto, contre rémunération.

Les  « revolving doors » ou portes tournantes. La firme Monsanto est championne de cette pratique : dans mon livre Le monde selon Monsanto, j’ai montré qu’une centaine de cadres de Monsanto avaient occupé des postes à la FDA ou à l’EPA, l’agence de protection de l’environnement, et vice versa.

La collusion entre l’industrie et les agences de réglementation

Les Monsanto papers ont aussi révélé les liens étroits entre Jess Rowland  qui dirigeait le processus de révision du glyphosate et Monsanto. Dans un courriel déclassifié, la toxicologue Marion Copley accuse son chef d’ « intimider le personnel  afin de modifier les rapports pour qu’ils soient favorables à l’industrie ».

Dans le dossier du glyphosate toujours : une ONG autrichienne a montré que le rapport remis par l’EFSA à l’Union européenne pour prolonger l’autorisation de commercialiser les herbicides à base de glyphosate était un copié-collé d’un document secret transmis par Monsanto !

LA SPÉCIFICITÉ DES PERTURBATEURS ENDOCRINIENS

Comme on vient de le voir, le système de réglementation des produits chimiques qui contaminent notre environnement et notre assiette est un outil de politique publique qui vise à protéger non pas les citoyens, mais les industriels et les autorités, qui ont besoin de normes, pour se couvrir, au cas où surgirait un problème.

De plus, il est totalement inadapté pour des molécules chimiques qu’on appelle les « perturbateurs endocriniens ».

Quand mon livre et film Notre poison quotidien sont sortis en 2011, rares étaient ceux qui avaient entendu parler des perturbateurs endocriniens, dont la spécificité était complètement ignorée par les experts des agences de réglementation. Le concept a été défini par la zoologue américaine Théo Colborn qui en 1987 reçut la mission de dresser un bilan écologique des grands lacs.  Elle a consulté mille études et a découvert que les bélugas du golfe de Saint Laurent souffraient de cancers et de malformations congénitales ; ou que dans les lacs Ontario ou du Michigan les nids des goélands argentés étaient occupés par deux femelles (elle les a surnommés les « goélands gays », puis que les panthères mâles de Floride étaient féminisées ou encore que les crocodiles de Floride présentaient de graves malformations congénitales qui réduisaient considérablement leur fertilité.

C’est ainsi qu’elle réunit à Wingspread en 1991 une vingtaine de scientifiques internationaux qui constataient les mêmes anormalités dans la faune. C’est lors de cette conférence pionnière qu’a été forgé le concept de « perturbateur endocrinien », ainsi qu’elle me l’a raconté.

 

Parmi les scientifiques réunis à Wingspread il y avait Niels Skakkebaek de l’hôpital universitaire de Copenhague. Il a  analysé soixante et un articles publiés de 1938 à 1990, concernant un total de 14 947 hommes fertiles ou en bonne santé, issus de tous les continents, et a mis en évidence une décroissance régulière de la production spermatique au cours du temps. En effet, alors que les études de 1938 rapportaient une concentration moyenne de 113 millions de spermatozoïdes par millilitre de sperme, celles de 1990 faisaient état d’une concentration moyenne de 66 millions par millilitre. En clair : la quantité de spermatozoïdes contenue dans un éjaculat a baissé de moitié en moins de cinquante ans !

Il y avait aussi Ana Soto et Carlos Sonnenchein, chercheurs à l’université Tuft de Boston, qui ont découvert fortuitement les effets toxiques des perturbateurs endocriniens contenus dans les plastiques.

La caractéristique des perturbateurs endocriniens c’est qu’ils agissent à de très faibles doses, et que le fameux principe de Paracelse – « c’est la dose qui fait le poison » ne fonctionne pas pour eux.

Dans les années 1960 , l’affaire de la thalidomide avait déjà éveillé l’attention des scientifiques car elle faisait voler en éclat le dogme de la « barrière du placenta », censée protéger  les fœtus contre les effets nocifs de substances qui contaminaient le corps de leurs mères.

En 1962, les journaux du monde entier firent leur une avec des images d’enfants atteints d’ atroces anomalies des membres. La maladie fut baptisée « phocomélie », car tels des phoques, les victimes avaient les mains attachées directement au tronc. Les malformations s’accompagnaient parfois de surdité, de cécité et d’autisme, de dégâts cérébraux et de troubles épileptiques. Le coupable : la thalidomide, un médicament allemand prescrit contre les nausées matinales des femmes enceintes. En cinq ans, la drogue a déformé 8 000 enfants.

Les chercheurs découvrent que certains bébés exposés ont été épargnés, alors que leurs mères avaient pris la funeste pilule sur une longue période ; à l’inverse, d’autres sont affreusement mutilés, alors que leurs mères n’ont pris le médicament qu’une seule fois. Les scientifiques comprennent que l’impact tératogène « dépend du moment où est prise la drogue, et non pas de la dose». Les mères qui ont pris le médicament – fût-ce une ou deux pilules – entre la cinquième et la huitième semaine de grossesse ont mis au monde des enfants aux membres mutilés, parce que c’était précisément le moment où se forment les bras et les jambes du fœtus.

Cette caractéristique des perturbateurs endocriniens – ce n’est pas la dose qui fait le poison mais le moment de l’exposition in utero– fut confirmée par une autre affaire : celle du distilbène. Le DES est la première hormone de synthèse fabriquée intentionnellement par Charlie Dodds qui est aussi l’inventeur du Bisphénol A. Il a été prescrit à des millions de femmes pour prévenir les fausses couches  de la fin des années 1940 jusqu’à 1975. Il constitue aujourd’hui « le modèle des agents environnementaux ayant un potentiel oestrogénique », comme me l’a expliqué John McLachlan, directeur de recherche à l’Université de Tulane, qui travaille sur le DES depuis plus de quarante ans. Il a constaté les mêmes effets de la molécule sur les animaux de laboratoire exposés à de faibles doses in utero que sur les filles et petites filles des mères qui avaient pris le médicament : cancers de l’utérus et du vagin et troubles de l’appareil génital, comme l’adénose cervico-vaginale, infertilité ; chez les garçons, prévalence accrue de cryptorchidie, hypospadias, cancer des testicules et une faible concentration de spermatozoïdes.

Lors d’un colloque sur l’environnement et les hormones organisé à La Nouvelle Orléans en octobre 2009, John McLachlan a révélé que les effets du DES étaient transgénérationnels, puisqu’on les retrouvait sur quatre générations, chez les animaux de laboratoire et chez les humains. Il a expliqué que l’affaire du distilbène était une illustration de ce qu’il appelle « l’origine fœtale des maladies de l’adulte ».

Lors de ce colloque, Retha Newbold, biologiste dans le département toxicologie du NIEHS – L’Institut américain des sciences de la santé environnementale- a révélé que les perturbateurs endocriniens – comme le Bisphénol A, le distilbène, les phtalates ou le PFOA des poêles antiadhésives- étaient des molécules obésogènes, qui provoquent l’obésité chez les enfants exposés in utero à de très faibles doses, à un moment crucial de l’organogénèse.

Des centaines d’études réalisées par des laboratoires indépendants ont montré aussi que le mode d’action des hormones de synthèse invalide totalement le système de réglementation des produits chimiques, fondé sur le principe de « la dose fait le poison ». En effet, les effets des perturbateurs endocriniens peuvent être beaucoup plus importants à de très faibles doses qu’à fortes doses, quand ils se substituent aux hormones naturelles dans les premières semaines de la grossesse.

De plus, les effets des perturbateurs endocriniens peuvent se démultiplier car ils agissent en synergie avec d’autres molécules similaires. C’est ce qu’on appelle « l’effet cocktail ».

Pour mon enquête, j’ai rencontré plusieurs chercheurs qui travaillent sur l’effet cocktail, comme Tyrone Hayes, un spécialiste des batraciens de l’Université de Berkeley, ou Andreas Kortenkamp, qui dirige le centre de toxicologie de l’université de médecine de Londres. Il est l’ auteur d’un rapport sur le cancer du sein qu’il a présenté aux députés européens, en avril 2008. Pour lui, l’augmentation permanente du taux d’incidence de ce cancer, qui frappe aujourd’hui une femme sur huit dans les pays industrialisés et représente la première cause de mort par cancer des femmes de 34-54 ans, est due principalement aux perturbateurs endocriniens.

C’est aussi l’avis de Ulla Hass, une toxicologue qui travaille à l’Institut danois de la recherche alimentaire et vétérinaire, situé à Copenhague ou de Linda Birnbaum, directrice du prestigieux NIEHS.

Le concept de « charge chimique corporelle » a été créé au début des années 2000 par le Center for Disease Control d’Atlanta, l’organisme chargé de la veille sanitaire aux États-Unis. Le CDC conduisit alors le premier programme de « biomonitoring » du monde, consistant à mesurer les résidus de plus de 200 produits chimiques dans les urines et le sang de plus de 2000 volontaires américains.

Les résultats furent malheureusement sans surprise : des traces de phtalates, de bisphénol A, de retardateurs de flammes bromés (utilisés dans les meubles, tapis ou équipements électriques), de PCB, de pesticides (DDT, lindane, glyphosate), de muscs synthétiques (présents dans les déodorants d’intérieur, les détergents, les cosmétiques), de PFOA (poêles Téfal) et de triclosan (utilisé dans certains dentifrices) furent retrouvés dans la majorité des prélèvements.

Or, le système de réglementation actuel ne tient pas compte de cette « soupe chimique » qui a envahi nos corps, en se contentant d’évaluer – très mal- les effets potentiels de chaque molécule prise séparément, en ignorant qu’à la différence des pauvres rats de laboratoire,  dans la vraie vie nous ne sommes jamais exposés à un seul produit, mais à une multitude qui peuvent interagir.

RECOMMANDATIONS

Les conditions de production des études et le processus de leur évaluation par les agences de réglementation sont hautement problématiques. Il appartient aux pouvoirs publics d’exiger une refonte du processus d’évaluation, sans quoi « l’épidémie de maladies chroniques évitables » , pointée par l’OMS, se poursuivra ».

Voici les recommandations faites pour tous ceux et celles (scientifiques indépendants, ONG) qui ont véritablement le souci de l’intérêt général et de la santé publique:

  • Mettre fin au secret commercial qui couvre les données des études toxicologiques remises aux agences de réglementation
  • Exiger la publication des études toxicologiques dans les journaux scientifiques. Les agences de réglementation ne devraient prendre en compte que les études publiées, comme le fait le CIRC.
  • Assurer plus de transparence dans le processus d’évaluation : l’EFSA devrait s’inspirer du CIRC: l’identité des auteurs qui rédigent les rapports doivent être communiquées, ainsi que leurs éventuels conflits d’intérêt.
  • Présence d’observateurs (ONG) lors des séances d’évaluation + libre accès aux données toxicologiques.
  • Respecter la réglementation européenne : si une au moins deux études indépendantes montrent qu’un produit est cancérigène, mutagène, tératogène ou un perturbateur endocrinien, il doit être interdit.
  • Appliquer le principe de précaution
  • Rétablir la charge de la preuve : c’est aux industriels de montrer que leurs produits sont inoffensifs et pas aux victimes de montrer qu’ils sont toxiques
  • Revoir les programmes de formation médicale, en créant une chaire de  santé environnementale.
  • Demander l’interdiction des perturbateurs endocriniens, comme la France l’a fait pour le Bisphénol A dans les récipients alimentaires.
  • Lancer une grande campagne d’information sur les effets des perturbateurs endocriniens à destination des adolescents et des jeunes en âge de procréer, mais aussi des médecins.
  • Organiser des études annuelles de biomonitoring dans tous les pays européens
  • Encourager la transition de l’agriculture vers l’agroécologie et l’agriculture biologique, car les pesticides empoisonnent nos champs, l’air que nous respirons, l’eau que nous buvons, et nos aliments.

En 2012, j’ai réalisé une nouvelle enquête – un film et un livre- intitulés Les moissons du futur, pour répondre à cette question : peut-on nourrir le monde sans pesticides ? Aux industriels qui prétendent le contraire, je dis qu’aujourd’hui on ne nourrit pas le monde avec les pesticides ! 900 millions de personnes souffrent de malnutrition, tandis qu’1,4 milliard souffrent d’obésité. Pour mon enquête, j’ai travaillé étroitement avec Olivier de Schutter, qui était alors rapporteur des Nations Unies pour le droit à l’alimentation. En 2011, il a présenté un rapport à Genève sur la nécessité de changer de paradigme agricole, en promouvant l’agro-écologie. Je l’ai accompagné au Mexique, où l’association des pédiatres lui a expliqué que de plus en plus d’enfants souffraient en même temps de malnutrition et d’obésité. C’est la conséquence d’un modèle agro-alimentaire, truffé de produits chimiques, tératogènes, obésogènes, ou cancérogènes. Une étude publiée en 2009 par le parlement européen a révélé que si on interdisait en Europe les seuls pesticides cancérigènes, on économiserait 26 milliards d’Euros par an. De son côté, David Pimentel de l’Université Cornell a estimé, dès 1992, que le coût environnemental et sanitaire de l’usage des pesticides aux Etats Unis s’élevait à dix milliards de dollar. Depuis, la facture s’est envolée.

La bonne nouvelle c’est que les solutions existent comme le montre mon film et livre Les moissons du futur !

les perturbateurs endocriniens imprègnent toute la population française

Commençons par la bonne nouvelle: la France s’est enfin doté d’un programme de biosurveillance permettant de mesurer la présence des polluants chimiques dans les organismes de sa population. Confié à Santé Publique France, celui-ci a vu le jour dans le cadre du Grenelle de l’environnement qui s’est tenu en 2007. Sept ans plus tard (!) était lancée l’enquête Esteban (2014-2016) qui a permis de prélever les urines, le sérum et les cheveux  de 1104 enfants et 2503 adultes, dans lesquels ont été recherchées des molécules largement utilisées pour la fabrication de produits de consommation courante: Bisphénols, phtalates, parabènes, éthers de glycol, retardateurs de flamme bromés et composés perfluorés. Cette première enquête ne concernait pas les métaux et les pesticides qui seront traités ultérieurement.

Les résultats publiés aujourd’hui montrent que ces polluants du quotidien sont présents dans l’organisme de tous les Français.

Pour commenter ces résultats, je m’appuie sur l’investigation que j’avais menée pour mon film et livre Notre poison quotidien.

Qu’est-ce qu’un programme de biosurveillance?

Le concept a été créé au début des années 2000 par le Center for Disease Control d’Atlanta (CDC), l’organisme chargé de la veille sanitaire aux États-Unis. Le CDC conduisait alors le premier programme de « biomonitoring » du monde, visant  à évaluer la « charge chimique corporelle » (chemical body burden) de la population américaine. Publié en mars 2001, le premier rapport avait constaté la présence des 212 molécules recherchées dans la quasi-totalité des 2 400 volontaires testés.  Le bisphénol A figurait largement en tête, devant le polybromodiphényléther (PBDE), un retardateur de flammes, le PFOA (revêtement des poêles antiadhésives) et bon nombre de pesticides (ou leurs métabolites), comme l’alachlore (le Lasso), l’atrazine, le chlorpyriphos, mais aussi les insecticides organochlorés, les PCB, le glyphosate, etc.

Devant l’inertie des autorités européennes et française ( où persistait la  politique de l’autruche , consistant à ne pas chercher pour ne pas trouver, afin de justifier  leur inertie) plusieurs  organisations non gouvernementales ont financé des études de biosurveillance :  le WWF (le Fonds mondial pour la nature) a publié en avril 2004 les résultats d’une enquête de grande envergure, baptisée « Detox ». L’ONG a  mené une campagne de prélèvements sanguins auprès de trente-neuf députés européens, quatorze ministres de la Santé ou de l’Environnement. Les résultats furent à la hauteur de ceux constatés par le CDC américain : soixante-seize substances chimiques toxiques ont été retrouvées dans le sang des représentants européens (sur les 101 recherchées).  En moyenne, chaque député était porteur d’un cocktail de quarante et un produits toxiques, composé de substances persistantes (qui ne se dégradent pas dans la nature) et bioaccumulatives (qui s’accumulent dans le corps). Plus récemment, Générations Futures a testé chez sept volontaires (dont je faisais partie, avec Nicolas Hulot, Delphine Batho, Yannick Jadot, Isabelle Autissier, José Bové, et Yann Arthus Bertrand) la présence de 200 perturbateurs endocriniens à partir d’une mèche de cheveux. Résultat: nous avions tous entre 19 et 68 perturbateurs endocriniens dans notre corps!

Quels polluants ont été recherchés par l’enquête Esteban?

Bisphénols A, S et F : ces molécules sont utilisées pour la fabrication de polycarbonates (plastiques durs) et de résines époxy que l’on retrouve dans des équipements électroniques, des emballages alimentaires, des papiers thermiques, des peintures ou encore des vernis. Les bisphénols S et F sont utilisés depuis plusieurs années comme alternatives au bisphénol A ou BPA (interdit en France depuis 2015 pour les récipients alimentaires, comme les biberons, boîtes de conserve, cannettes de soda, ou bonbonnes d’eau ) mais leur production reste minoritaire.

Phtalates: emballages alimentaires, jouets, revêtements de sol en vinyle, produits cosmétiques, produits d’entretien ménagers, peintures. D’après l’enquête Esteban, l’alimentation participerait à 90% de l’exposition totale.

Parabènes : produits cosmétiques et de soins personnels.

Ethers de glycol : peintures, encres, vernis, colles, produits d’entretien ménagers, cosmétiques, pesticides.

Retardateurs de flamme bromés :  appareils ménagers,  textiles,  mousses et plastiques .

Composés perfluorés : Le PFOA et le PFOS sont utilisés comme imperméabilisants textiles, mousses anti-incendies, dans les revêtements antiadhésifs, et certains emballages alimentaires etc. Tefal dit ne plus utiliser de PFOA pour ses fameuses « poêles Tefal »  depuis 2015.

Notons que l’usage de tous ces produits est réglementé, avec des normes comme la Dose Journalière Acceptable (DJA), qui désigne la petite quantité de produit que nous sommes censés pouvoir ingérer sans tomber malades. Ou plutôt sans tomber… raides morts. Car, comme je l’ai démontré dans Notre poison quotidien, la DJA ne sert à rien, quand il s’agit de molécules chimiques considérées comme des perturbateurs endocriniens. Ce qui est le cas de tous les produits testés dans l’enquête Esteban.

Qu’est-ce qu’un perturbateur endocrinien?

Le terme « endocrine disruptor » a été inventé par la zoologue Théo Colborn (auteure de  Our stolen Futur, publié en France sous le titre L’homme en voie de disparition?). Dans les années 1980, celle-ci a consulté un millier d’études publiées par des scientifiques nord-américains qui constataient des troubles de la reproduction récurrents dans la faune sauvage: malformations congénitales et infertilité des bélugas du Golfe de Saint Laurent (Pierre Béland),   des Goélands argentés des lacs Ontario et Michigan (Glen Fox) ou des alligators du lac Apopka (Louis Guillette) , féminisation des panthères mâles de Floride (Charles Facemire). Tous ces scientifiques ont été réunis par Théo Colborn lors de la conférence de Wingspread en 1991.

J’ai eu l’honneur d’interviewer Théo Colborn peu avant sa mort. Voici la définition qu’elle m’a donnée d’un perturbateur endocrinien:

« C’est une substance chimique qui interfère avec la fonction du système endocrinien. Quelle est la fonction du système endocrinien ? Il coordonne l’activité de la cinquantaine d’hormones que fabriquent les glandes de notre organisme, comme la thyroïde, l’hypophyse, les glandes surrénales, mais aussi les ovaires ou les testicules. Ces hormones jouent un rôle capital, car elles règlent des processus vitaux comme le développement embryonnaire, le taux de glycémie, la pression sanguine, le fonctionnement du cerveau et du système nerveux, ou la capacité à se reproduire. C’est le système endocrinien qui contrôle tout le processus de construction d’un bébé, depuis la fécondation jusqu’à la naissance : chaque muscle, la programmation du cerveau ou des organes, tout cela en dépend. Le problème, c’est que nous avons inventé des produits chimiques qui ressemblent aux hormones naturelles et qui peuvent se glisser dans les mêmes récepteurs, en allumant une fonction ou en l’éteignant. Les conséquences peuvent être funestes, surtout si l’exposition à ces substances a lieu pendant la vie intra-utérine. »

Pour bien mesurer l’enjeu de ces propos, il faut comprendre très précisément comment opèrent les hormones naturelles une fois qu’elles sont libérées par les glandes dans le sang et les fluides qui entourent les cellules. Elles sont souvent comparées à des « messagers chimiques » qui circulent dans l’organisme à la recherche de « cellules cibles » présentant des « récepteurs » qui leur sont compatibles. L’autre image souvent utilisée est celle d’une « clé » (l’hormone) capable de pénétrer dans une « serrure » (le récepteur) pour ouvrir une « porte » (une réaction biologique). Une fois qu’une hormone s’est attachée à un récepteur, celui-ci exécute les instructions qu’elle lui transmet, soit en modifiant les protéines contenues dans la cellule cible, soit en activant des gènes pour créer une nouvelle protéine qui provoque la réaction biologique appropriée.

« Le problème, m’a expliqué Theo Colborn, c’est que les perturbateurs endocriniens ont la capacité d’imiter les hormones naturelles en se fixant sur les récepteurs et en déclenchant une réaction biologique au mauvais moment ; ou, au contraire, ils bloquent l’action des hormones naturelles en prenant leur place sur les récepteurs. Ils sont également capables d’interagir avec les hormones en modifiant le nombre de récepteurs ou en interférant avec la synthèse, la sécrétion ou le transport des hormones. »

Quels sont les effets des perturbateurs endocriniens?

La caractéristique des hormones de synthèse comme le Bisphénol A, les phtalates ou les parabens c’est qu’elles agissent à de très faibles doses.  Contrairement aux autres molécules, pour les pertubateurs endocriniens, ce n’est pas la « dose qui fait le poison » (selon le principe de Paracelse), mais le moment de l’exposition. Voilà pourquoi la bonne vieille « DJA » si chère à nos régulateurs ne sert à rien! En octobre 2019, j’ai filmé à la l’Université de la Nouvelle Orléans un symposium sur les perturbateurs endocriniens, où participaient une centaine de scientifiques. Parmi eux: Retha Newbold, biologiste dans le département toxicologie du très renommé National Institute of Environmental Health Sciences (NIEHS). Elle a présenté ses travaux sur le Bisphénol A qui engendre des troubles de la reproduction, des cancers et de l’obésité chez des souris exposées in utero, des dysfonctionnements qui peuvent se transmettre jusqu’à la troisième génération. Retha Newbold a conclu son allocution par ces mots qui m’avaient fait froid dans le dos: « Les mammifères qui ont été exposés dans le ventre de leurs mères à de très faibles doses de perturbateurs endocriniens développent après leur naissance toutes sortes de maladies: c’est ce que nous appelons l’ origine fœtale des maladies de l’adulte ».

Les effets des perturbateurs endocriniens sur la santé sont documentés par des milliers d’études:

  • Infertilité et stérilité. Ainsi que l’a montré dès 1990 le scientifique danois, Niels Skakkebaek la quantité de spermatozoïdes contenue dans un éjaculat a baissé de moitié en moins de cinquante ans (de 1940 à 1990). En Europe, on estime que 20 % des jeunes couples ont du mal à avoir un enfant, en raison de la perte et baisse de qualité des spermatozoïdes des jeunes gens.
  • Cancers hormono-dépendants (sein, prostate et testicules). Une femme née en 1953 a trois fois plus de « chance » d’avoir un cancer du sein qu’une femme née en 1913. Un homme né en 1953 a douze fois plus de « chance » d’avoir un cancer de la prostate qu’un homme né en 1913.
  • Troubles de l’attention
  • Obésité
  • Diabète

J’ai récemment été auditionnée par l’Office Parlementaire des Choix Scientifiques et Technologiques (OPECST). Voici la liste des recommandations que j’ai présentée:

  • Mettre fin au secret commercial qui couvre les données des études toxicologiques fournies par les industriels aux agences de réglementation.
  • Exiger la publication des études toxicologiques dans les journaux scientifiques. Les agences de réglementation ne devraient prendre en compte que les études publiées, comme le fait le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC).
  • Assurer plus de transparence dans le processus d’évaluation. L ’Autorité européenne de sécurité alimentaire (EFSA) devrait s’inspirer du CIRC : l’identité des auteurs qui rédigent les rapports doit être communiquée, ainsi que leurs éventuels conflits d’intérêt.
  • Présence d’observateurs indépendants (ONG) lors des séances d’évaluation des produits avec un libre accès aux données toxicologiques.
  • Respecter la réglementation européenne : si au moins deux études indépendantes montrent qu’un produit est cancérigène, mutagène, tératogène ou un perturbateur endocrinien, il doit être interdit.
  • Appliquer principe de précaution.
  • Rétablir la charge de la preuve : c’est aux industriels de montrer que leurs produits sont inoffensifs et pas aux victimes de montrer qu’ils sont toxiques.
  • Revoir les programmes de formation médicale, en incluant un enseignement sur la santé environnementale et notamment les perturbateurs endocriniens .
  • Interdire les perturbateurs endocriniens, comme la France l’a fait pour le Bisphénol A dans les récipients alimentaires.
  • Lancer une grande campagne d’information sur les effets des perturbateurs endocriniens à destination des femmes enceintes, mais aussi des médecins.
  • Lancer une campagne publique de bio-surveillance pour détecter les résidus de glyphosate chez les citoyens français. Comme je le raconte dans mon livre Le Roundup face à ses juges, au printemps 2016, Générations Futures a mesuré les résidus de l’herbicide, considéré comme un perturbateur endocrinien, chez trente « cobayes » , dont je faisais partie. Nous avions tous du glyphosate dans nos urines.  Depuis plus de 6000 « pisseurs volontaires » ont fait tester leurs urines.  Tous sont imprégnés, et particulièrement les enfants.  Le parquet de Paris a recensé 1 505 plaintes déposées en France pour « mise en danger de la vie d’autrui », « tromperie aggravée » et « atteintes à l’environnement ».

Il est temps que les pouvoirs publics assument leurs responsabilités en prenant les mesures qui s’imposent pour protéger efficacement la population des effets mortifères des produits chimiques  plutôt que de protéger l’intérêt des industriels.

 

Comment les sociétés antérieures ont évité l’effondrement

« L’effondrement n’est pas l’unique destinée de notre génération ou de la suivante. Il existe des alternatives« , écrit l’économiste Gaël Giraud dans une tribune qu’il vient de co-signer dans Le Monde. Je suis d’accord. Mais il n’en reste pas moins que l’effondrement est possible, comment faire pour l’éviter? Fort heureusement, l’histoire connut de vraies success stories qui doivent être pour nous des sources d’espoir et d’inspiration. Elles nous montrent qu’il y a deux manières de résoudre les problèmes environnementaux graves : soit du bas vers le haut, soit du haut vers le bas. Pour ma part, je pense que nous parviendrons à relever les défis extra-ordinaires qui menacent l’avenir de notre « maison commune », si nous sommes capables d’allier les deux stratégies.

Dans la première catégorie (down up),  il y a l’histoire de la Nouvelle-Guinée, une île située au nord de l’Australie, dont les Européens ont longtemps pensé que l’intérieur était inhabité en raison de la forteresse de montagnes qui bordaient ses côtes. Dans les années 1930, des pilotes survolèrent les Haute Terres et découvrirent un paysage transformé par des millions d’habitants, avec des jardins, des fossés pour l’irrigation et le drainage, des cultures en terrasses ou sur buttes, où poussaient des bananiers, du taro, de la canne à sucre, du manioc, des patates douces et une grande quantité de fruits et légumes. Installés depuis 46 000 ans sur ces terres, les aborigènes pratiquaient une agriculture durable depuis au moins 10 000 ans. À un moment de leur histoire, ils avaient largement déforesté, puis ils inventèrent un système de sylviculture unique en plantant une espèce d’arbre, le casuarina oligodon, qui présente la caractéristique de croître rapidement et de fournir un bois de qualité pour la construction et la combustion. Enfin, cette société agricole veillait à maîtriser sa croissance démographique (grâce à la technique du coïtus interruptus et l’avortement) et elle était plutôt égalitaire : elle n’avait pas de chefs, mais des big men (grands hommes) peu épris de bling-bling et qui vivaient dans les mêmes huttes que les autres villageois…

Dans la catégorie du haut vers le bas (top down), il y a l’exemple du Japon de l’ère des Togukawa, à partir du xviie siècle. À cette époque, l’archipel connaissait une grave crise environnementale due à un intense déboisement, commencé dix siècles plus tôt, au point que le pays vint à manquer de la précieuse ressource. Or, le bois, utilisé pour construire les maisons, les outils, les ustensiles et les armes, servait aussi de fourrage, engrais ou combustible. Les shoguns (généraux) imposèrent des mesures draconiennes pour reboiser le pays et assurer la pérennité des forêts : ils nommèrent des fonctionnaires chargés de clôturer les zones déboisées pour qu’elles puissent se régénérer, établirent des registres forestiers, interdirent l’abattage de certaines espèces, comme les cèdres ou les chênes, et édictèrent des quotas attribués à chaque famille. De la sorte, à la fin du xixe siècle, au moment où il reprenait ses échanges avec le monde extérieur, le Japon  vivait de façon durable, en presque totale autarcie .

Ces expériences  montrent l’importance de la décision collective et individuelle pour régler de graves problèmes environnementaux qui menacent la survie de la société dans son ensemble. C’est cette capacité qui a manqué aux Mayas ou aux habitants de l’île de Pâques, deux civilisations qui ont littéralement disparu.  Pourquoi ? Si nous voulons nous-mêmes éviter l’effondrement, il est important que nous comprenions les mécanismes à l’œuvre dans l’échec. La première explication, c’est que le groupe d’humains n’est pas parvenu à anticiper le problème avant qu’il n’arrive parce qu’il n’en avait jamais connu de similaire. C’est le cas des Mayas qui déboisèrent les collines pour étendre les cultures. Parfois, le groupe peut avoir eu une expérience similaire très ancienne, mais celle-ci n’a pas été transmise, ni oralement ni par écrit : celle de la terrible sécheresse connue par les Mayas au iiie siècle n’a pas servi à leurs descendants quand elle s’est répétée au ixe siècle. Parfois, l’échec s’explique aussi par l’incapacité du groupe à percevoir un problème qui est déjà là. C’est ce qui s’est passé dans le Montana (Etats-Unis), où les propriétaires des mines ou des entreprises forestières n’habitaient pas dans l’État et avaient intérêt à minimiser l’impact des dégâts qu’ils causaient, parce qu’ils n’en souffraient pas directement, ce qui est une attitude récurrente des grandes compagnies. En Nouvelle-Guinée, en revanche, c’est la collectivité qui gérait les ressources de son territoire et chaque individu était responsable du bien-être de l’île. Il arrive aussi que le problème soit difficile à percevoir, parce que sa survenue est très lente. C’est le cas avec le réchauffement climatique.

Dans son livre Collapse, Jared Diamond explique qu’il avait découvert le Montana lorsqu’il était adolescent au milieu des années 1950. Il n’y était retourné qu’en 1998 et avait été frappé de voir que la neige avait quasiment disparu du sommet des montagnes, car les glaciers avaient largement fondu. Les gens du pays étaient surpris de sa réaction, car ils avaient perdu la mémoire de ce qu’était la montagne quarante plus tôt, les changements ayant été imperceptibles d’année en année. C’est ce qu’on appelle l’« amnésie des paysages ».

Il arrive que le groupe ait identifié le problème, mais qu’il n’essaie pas de le résoudre ou échoue, en raison de ce que les scientifiques appellent le “comportement rationnel”, précisément parce qu’il repose sur un calcul rationnel même s’il est répréhensible d’un point de vue moral. Ceux qui ont causé le problème se sentent à l’abri parce qu’il n’y a pas de lois qui permettent de les poursuivre ou, s’il y en a, elles ne sont pas efficacement appliquées. Ils représentent une petite minorité qui ne pense qu’à faire de gros profits immédiats et savent que les dégâts seront répartis sur un grand nombre de personnes. Cela n’encourage pas les perdants à se battre, car chacun ne perd qu’un petit peu et ne peut escompter qu’un petit bénéfice, incertain et lointain.

La tragédie des communs

C’est ce qu’on appelle en sociologie la « tragédie des biens communs », un concept développé en 1968 par l’Américain Garrett Hardin (1915-2003)[1]. L’écologue y prend l’exemple d’un groupe d’éleveurs qui font paître leurs vaches sur un pré communal, gratuit et libre d’accès. L’intérêt individuel et à court terme de chaque éleveur est d’introduire le maximum d’animaux pour obtenir plus de viande et plus de lait que ses collègues, car chacun se dit : « Si je ne le fais pas, les autres le feront et je serai le perdant. » Au bout du compte, la surexploitation du pâturage conduit à l’épuisement de cette ressource partagée et tous les éleveurs (et le village entier) sont lésés. La « tragédie des communs » concerne toutes les ressources en accès libre (comme l’océan, l’atmosphère ou la biodiversité) ou qui appartiennent à une collectivité d’acteurs (comme les forêts ou les terres agricoles). Je reviendrai sur les solutions proposées par Garrett Hardin – conservatrices, élitistes et malthusiennes – ou l’économiste américaine Elinor Ostrom – bien plus humanistes et progressistes – pour résoudre cette tragédie où les conflits d’intérêts se traduisent par un jeu « perdant-perdant », alors qu’une autre attitude pourrait avoir un résultat « gagnant-gagnant », bénéfique à tous .

Pour l’heure, rappelons seulement que cette question de l’« attitude » a été illustrée en 1950 par Albert Tucker (1905-1995), un mathématicien de l’université de Princeton (États-Unis), avec son fameux « dilemme du prisonnier ». Dans son scénario, deux suspects d’un crime sont placés en détention provisoire, mais la police n’a pas assez de preuves pour les inculper. Le directeur de la prison fait à chacun séparément la même offre : « Si tu dénonces ton complice et qu’il ne te dénonce pas, tu seras remis en liberté et l’autre sera condamné à dix ans de prison. Si tu le dénonces et lui aussi, vous écoperez tous les deux de cinq ans de prison. Si aucun de vous ne se dénonce, vous prendrez tous deux six mois de prison. » Dans sa cellule, chaque prisonnier fait le même calcul, en essayant d’anticiper la réaction de celui qu’il perçoit comme son concurrent : « S’il me dénonce, il y a deux options : je me tais, et je fais dix ans de prison ; mais si je le dénonce, je ne ferai que cinq ans. Dans le cas où il ne me dénoncerait pas : je me tais et je ferai six mois de prison ; si je le dénonce, je serai libre. » Et de conclure : « Quel que soit son choix, j’ai intérêt à le dénoncer. » Les deux détenus, privilégiant leur intérêt individuel, font ce même choix et sont donc tous deux condamnés à cinq ans de prison ; alors que si l’un et l’autre s’étaient tus, jouant la carte de la coopération, ils n’auraient écopé que de six mois de prison.

Le dilemme du prisonnier pose la question de la confiance et de la coopération entre différents agents qui sont dans l’absolu meilleures pour tous, à condition qu’aucun ne trahisse, ce qu’on ne peut pas savoir à l’avance, sauf si l’on vit dans un système où la concurrence et la trahison sont lourdement sanctionnés.

Sources: Sacrée croissance!  Le chapitre d’où provient cet extrait s’est largement inspiré du livre Collapse de Jared Diamond

 

[1] Garrett Hardin, « The tragedy of the commons », Science, vol. 162, n° 3859, 1968, p. 1243-1248.

Le clivage gauche/droite est obsolète

L’annonce que j’allais voter EELV aux prochaines élections a suscité un débat fort intéressant. Normal: tous ceux qui ont vraiment conscience que la « maison brûle » ne peuvent qu’enrager de voir cinq listes concourir dans la catégorie « écologie ». Je mets la liste « Renaissance » (LRM) à part, car pour être crédible (je l’ai écrit: on a le droit de changer, sinon on est foutu) il eût fallu que le parti présidentiel ait montré par des actes qu’il avait compris l’urgence écologique. Mais force est de reconnaître qu’en deux ans de pouvoir, il n’a RIEN fait. Beaucoup de paroles et de mesurettes à la marge, mais sur le fond aucune décision d’envergure. 
J’ai été interpelée sur le positionnement droite/gauche de EELV. Pour moi aujourd’hui, le clivage essentiel n’est plus là, mais il est, d’abord,  entre productivistes et non productivistes. Je rappelle qu’un grand nombre de « grands projets inutiles » – comme l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ou EuropaCity- étaient (et sont) portés par des élus socialistes et communistes. Dimanche dernier, j’étais à Gonesse pour soutenir la résistance au projet d’EuropaCity. Juste avant, j’avais reçu , ainsi que tous les intervenants, un courrier de Jean-Pierre Blazy, maire PS de Gonesse, qui m’a consternée. Après avoir noté que EuropaCity « ne saura pas un centre commercial: il n’y aura pas de caddy. Il s’agit d’un pôle dédié aux loisirs et à la culture avec des restaurants, des hôtels et des commerces, comme tout pôle touristique (…) il amènera de l’esthétisme en banlieue« .

Quel esthétisme! Je rappelle que le projet prévoit de bétonner 240 hectares de terres agricoles (EuropaCity + ZAC), et que les promoteurs espèrent 30 millions de visiteurs par an, dont 34% viendront en voiture. Bilan carbone: l’équivalent d’une ville de 140 000 habitants, alors que personne n’habitera sur place! Les opposants , dont la caractéristique commune n’est pas d’être de droite ou de gauche mais d’être antiproductivistes ont conçu un magnifique projet alternatif, baptisé CARMA (Coopération pour une ambition agricole rurale et métropolitaine d’avenir) qui lui me fait rêver!Visant à rendre  aux terres de Gonesse leur destin d’origine – nourrir les habitants de l’Ile-de France -, CARMA  propose d’y installer une zone de production maraichère et agricole de grande envergure, qui pourra fournir en produits frais, sains et de proximité les habitants des environs et notamment les cantines des écoles et des hôpitaux. Cet espace agricole sera doté d’un structure de conditionnement et de diffusion en circuit-court, d’une usine de méthanisation pour les déchets, d’un centre de formation agricole, et sera un hub pour les métiers d’avenir : rénovation thermique, éco-construction, mobilité durable. On y trouvera aussi des circuits de randonnée, des aires de promenades et de forêts, faisant des zones urbaines riveraines des lieux d’habitations recherchées. CARMA c’est l’économie du futur! Malheureusement Jean-Pierre Blazy, l’élu socialiste, n’a toujours rien compris et s’accroche à une vision du développement obsolète, qui est l’une des causes de l’impasse globale dans laquelle nous nous enfonçons.

J’en profite pour souhaiter à Raphaël Gluckmann et Claire Nouvian de parvenir au plus vite à débarrasser le PS (ou ce qu’il en reste) de ses vieux oripeaux productivistes. Sinon Place Publique aura raté sa mission: rompre le lien historique entre la social-démocratie et le productivisme, et j’ajouterais le « croissancisme », c’est-à-dire l’obsession du « toujours plus » – toujours plus de production et de consommation- comme moteur de l’économie. Inutile de préciser que l’autre représentant de la « gauche classique », à savoir le PC, est aussi loin d’avoir fait l’indispensable mutation. J’ai participé samedi dernier à un apéritif dans le passage de Haguette, au coeur de Saint-Denis (93), un terrain vague destiné à « être construit » où un collectif très dynamique a installé un magnifique jardin partagé, ouvert aux écoliers et aux personnes âgées. Très clairement Laurent Russier, le maire PC de Saint-Denis, a du mal à comprendre que l’avenir des villes est dans ce genre d’initiatives plutôt que dans la construction d’un immeuble ou d’un énième terrain de foot…

Un autre point déterminant pour moi, c’est la remise en cause du libéralisme économique, qui dans cette phase ultime du capitalisme mondialisé, a besoin des « accords de libre échange » pour continuer à prospérer (et donc à provoquer ses multiples dégâts). Là-dessus, je pense que l’engagement de EELV et notamment de Yannick Jadot est sans ambiguïté: le parti et sa tête de liste n’ont cessé de s’opposer  au TAFTA, CETA, ou à l’accord avec le Mercosur.

Enfin, j’ai été interpelée sur le « panier de crabes » qu’a longtemps représenté EELV. Je suis d’accord. J’ai moi-même dénoncé, y compris dans une université d’été du parti, l’ego surdimensionné de certains de ses élu(e)s qui ont finalement fait beaucoup de mal à la cause écologique, en utilisant EELV comme un tremplin pour leur carrière personnelle. Ces élue)s ont aujourd’hui quitté le bateau sans aucun état d’âme. Bon débarras! Mais je le répète: on a le droit de changer, sinon on est foutus! Si on n’accepte pas l’idée du « droit au changement », alors que dire de la « mutation écologique » de Jean-Luc Mélenchon ou de Benoît Hamon, qui furent tous les deux des apparatchik du PS, à un moment où socialisme ne rimait pas du tout avec écologie? Or, je suis convaincue que les deux hommes ont sincèrement changé,  et c’est tant mieux!