Menace sur le thé sri lankais bientôt imbibé de glyphosate

En janvier 2015, le gouvernement du Sri Lanka a interdit l’importation d’herbicides à base de glyphosate dans tout le pays. Une première mondiale. À l’origine de cette décision: une épidémie de maladies chroniques rénales qui continue de décimer les familles de riziculteurs de la province centrale du Nord, ainsi que je le montre dans mon film (et livreLe Roundup face à ses juges, qu’ARTE rediffuse sur son site. En septembre 2016, alors que je tournais au Sri Lanka, le ministre des plantations  avait tenté d’imposer une dérogation pour les cultures de thé, mais le président avait résisté aux pressions et maintenu l’interdiction. Le 11 juillet 2018, le gouvernement a finalement cédé au lobbying puissant des producteurs de thé et de … Monsanto. Je mets en ligne un extrait de mon livre, où je raconte le combat mené par la société civile sri-lankaise, avec à sa tête un moine bouddhiste, pour parvenir à cette interdiction, aujourd’hui partiellement levée. Gageons que l’affaire n’est pas terminée, car, d’après mes informations, la résistance est en train de s’organiser…

« Madame, le révérend Rathana vous demande de l’appeler au téléphone de toute urgence ! » Nous sommes le mardi 20 septembre 2016, à 6 heures du matin. Avec Marc Duployer et Guillaume Martin, nous arrivons d’un voyage en avion de quatorze heures qui nous a conduits de Paris à Colombo, la capitale du Sri Lanka, avec une escale à Abu Dhabi (Émirats arabes unis). Autant dire que nous ne sommes pas très frais… À peine avons-nous posé nos valises à l’hôtel Grand Oriental que son directeur me tend, d’une main, un bout de papier avec un numéro de téléphone et, de l’autre, un combiné. Une manière de dire que les souhaits du révérend Rathana sont des ordres, auxquels on ne peut se soustraire. « C’est un grand homme, me dit le directeur avec un large sourire. Ici, il est très respecté ! »

2015 : le premier pays au monde à interdire le glyphosate

Athuraliye Rathana Thero est un moine bouddhiste qui est député depuis 2004. En 2014, il avait été à la tête d’un mouvement de citoyens qui a porté à la présidence Maithripala Sirisena, un ex-ministre de la Santé d’origine paysanne. Élu le 8 janvier 2015, le nouveau président a pris aussitôt une mesure qui défraya la chronique internationale : il a déclaré l’interdiction immédiate du glyphosate dans tout le Sri Lanka, dans le but de « protéger la santé du peuple et la communauté paysanne ». Lors d’une conférence de presse, il a expliqué que « l’herbicide était responsable d’un nombre croissant de patients souffrant d’une maladie chronique rénale [affectant] 15 % de la population en âge de travailler dans les régions du Nord », et a déjà « tué 20 000 personnes ». Cette décision, qui constituait une première mondiale, était l’une des principales revendications du mouvement dirigé par le révérend Rathana pour soutenir l’élection de Maithripala Sirisena. Fervent défenseur de l’agriculture biologique, le moine avait suivi de très près le drame qui se jouait dans le secteur rizicole de la région centrale nord du Sri Lanka, regroupant les provinces d’Anuradhapura et de Polonnaruwa. C’est précisément pour cette raison que je l’avais contacté. Une interview avait été fixée le jour de mon arrivée à Colombo, à 14 heures. Mais pourquoi diable le révérend cherchait-il à me joindre aux aurores ?

« Nous devons repousser notre interview, me dit-il sur un ton péremptoire. Je veux que vous parliez dans une conférence de presse que j’organise à 14 heures. Hier Navin Dissanayake, le ministre des Plantations, a annoncé dans le journal anglophone The Sunday Times qu’il allait lever partiellement l’interdiction du glyphosate et importer 80 000 litres de Roundup pour les producteurs de thé. Il faut absolument que vous expliquiez à la presse pourquoi le glyphosate est dangereux ! Vous avez pensé à apporter les DVD de votre film Le Monde selon Monsanto que je vous ai demandés ?

– Oui, répondis-je, un peu perturbée par l’anglais assez chaotique de mon interlocuteur.

– C’est parfait ! Un DVD sera livré sur-le-champ au cabinet du Président, qui malheureusement est parti à New York pour une réunion aux Nations unies. Il pilote depuis là-bas une commission ministérielle qui va se réunir en urgence en fin de journée. Après la conférence de presse, nous projetterons votre film pour les journalistes. »

Malgré la fatigue, je n’avais pas le choix. Après une douche et un solide petit-déjeuner, j’ai donc préparé au débotté un exposé sur le glyphosate. En fin de matinée, nous sommes allés filmer des images du port de Colombo, d’où les Britanniques exportèrent du thé par cargos entiers quand ils régnaient sur l’île de Ceylan, située au sud de l’Inde et surnommée la « pépite de l’Océan indien », qui devint la « République démocratique socialiste du Sri Lanka » en 1972. « C’est dingue », dis-je à mes collègues, tandis que nous dégustions une tasse de thé noir, vanté comme l’un des « meilleurs thés du monde » : « Après le café d’Hawaii, c’est le thé de Ceylan qui est passé au Roundup. Je vais dire aux journalistes sri-lankais que cette information ne plaira pas aux consommateurs européens, si d’aventure l’interdiction était levée… »

« J’ai vu le Président la semaine dernière et il m’a confirmé l’interdiction des herbicides à base de glyphosate, a assuré le révérend Rathana lors de la conférence de presse. Le Premier ministre est d’accord avec lui. L’annonce du ministre des Plantations est donc sans fondement. Je dis clairement qu’il n’y aura plus jamais de glyphosate qui entrera au Sri Lanka ! Personne ne pourra revenir là-dessus : je ne laisserai pas faire ça jusqu’à mon dernier souffle ! Le gouvernement a décidé de protéger le pays contre les terroristes. Mais aujourd’hui, les vrais terroristes sont les entreprises chimiques qui font cent fois plus de dégâts que ceux de Prabhakaran ! »

Prononcés en cingalais, les mots du moine bouddhiste ont provoqué des réactions mitigées chez la trentaine de journalistes présents, qui ont oscillé entre l’étonnement et la réprobation polie. Il faut dire que la comparaison était osée : Velupillai Prabhakaran (1954-2009) a été longtemps l’ennemi public numéro un au Sri Lanka. Il était le chef des Tigres tamouls, organisation séparatiste qui a mené une guerre civile très violente de 1983 à 2009 pour arracher un État indépendant dans l’Est et le Nord du pays, où vivent majoritairement des Tamouls de religion hindoue – lesquels représentent 20 % de la population, estimée à 22 millions d’habitants, majoritairement bouddhistes. En vingt-cinq ans, le conflit a fait plus de 70 000 morts et quelque 140 000 disparus…

« On aime notre pays, on vit pour lui, on ne se laissera pas faire. On va demander aux experts internationaux de nous aider pour nous sortir de là ! », a conclu le révérend Rathana en m’invitant à le rejoindre à la tribune. Je ne suis pas sûre que mes confrères sri-lankais aient tout compris de mon intervention, prononcée en anglais pendant une trentaine de minutes et traduite en cingalais en à peine cinq minutes. Mais ma conclusion, qui portait sur la réticence des Européens à boire du thé présentant des résidus de glyphosate a provoqué un intérêt certain. « Vous avez bien fait de terminer votre exposé par cet argument économique, m’a dit le révérend Rathana trois heures plus tard. Avec 200 000 hectares cultivés, le Sri Lanka est le troisième producteur mondial de thé, qui représente l’une des principales sources de devises, avec le riz cultivé sur 1 200 000 hectares. Jusqu’en 2015, ces cultures absorbaient la quasi-totalité des 5 300 000 litres de glyphosate importés chaque année dans le pays. »

Nous avions rejoint le moine bouddhiste dans son monastère, situé à une trentaine de kilomètres de Colombo. L’endroit était étonnant. Le temple et la résidence des bonzes étaient construits en bordure d’un terrain vague, au cœur d’une zone industrielle où avaient poussé de manière anarchique des baraques de fortune jouxtant des immeubles en béton dont la construction était manifestement inachevée. À l’autre bout du terrain vague, un Bouddha monumental tournait le dos à un étang recouvert de nénuphars. Vêtu de sa toge orange, le révérend Rathana s’était prosterné devant la statue, puis s’était assis en position du lotus sur un tapis de sable pour réciter des mantras qui se mêlaient à la rumeur de la ville. Subitement il s’était levé pour nous faire signe de le suivre. Avec un plaisir évident, il nous avait montré le potager bio qui longeait le monastère : « Filmez-le !, avait-il quasiment ordonné. Les Occidentaux doivent comprendre que nous n’avons pas besoin de leurs produits chimiques pour cultiver nos aliments ! Notre jardin fournit tous les fruits et légumes dont ma communauté a besoin pour vivre, sans aucun pesticide ni engrais chimiques. C’est ce qu’ont fait les Sri Lankais pendant vingt-cinq siècles ! »

« En mars 2014, le gouvernement précédent de Mahinda Rajapakse avait décidé de bannir le glyphosate. Mais il est revenu un mois après sur sa décision, m’a expliqué le révérend Rathana après nous avoir conduits dans le temple où s’est déroulée l’interview. C’est pourquoi j’ai rejoint l’opposition. Nous avons créé un mouvement avec de nombreux paysans, des scientifiques et des autorités religieuses, et nous sommes parvenus à provoquer un changement de régime. C’est grâce au rejet du glyphosate que nous sommes devenus des “faiseurs de roi”, a poursuivi le moine dans un grand éclat de rire. Je suis fier de dire que nous sommes des pionniers ! Le Sri Lanka est un petit pays, mais nous avons donné l’exemple au reste du monde. Monsanto suit de très près ce qui se passe chez nous, parce qu’ils savent que d’autres pays peuvent nous suivre !

– Est-ce que le ministre des Plantations a reçu des pressions de Monsanto ?, ai-je demandé.

– Je ne sais pas, m’a répondu le moine. Le ministre est très proche de l’association des producteurs de thé, elle-même très liée au secteur de l’agrobusiness. Leur argument est que l’interdiction du glyphosate va provoquer une baisse des rendements, car le désherbage manuel des plantations nécessite quatre fois plus de travail que l’application de deux litres de Roundup par hectare deux fois par an. Depuis l’interdiction, Monsanto soutient des campagnes relayées par la presse, comme récemment une pétition signée par huit cents titulaires d’un doctorat (dont des membres de l’Académie nationale des sciences), qui disait : “Nous avons besoin du glyphosate.” La publication de ce texte en pleine page a coûté très cher. C’est irresponsable quand on connaît le désastre que le glyphosate cause dans notre communauté paysanne, principalement dans les familles de riziculteurs où la maladie et la mort sont en train de décimer toute une région. Allez voir ! Il faut que le monde connaisse ce crime qui menace l’avenir de nos enfants ! »

 

Toute la population est contaminée par le glyphosate

Le glyphosate est partout: dans l’eau, l’air,  les aliments et nos… organismes. Une étude réalisée en Allemagne sur 2009 volontaires (Urinal 2015) a révélé que  99,9 % des urines contenaient du glyphosate, dont 79 % cinq fois plus que ce qui est autorisé dans l’eau et un tiers entre dix et quarante-deux fois plus[i]. Les enfants et adolescents présentaient les niveaux les plus élevés, ainsi que les mangeurs de viande. La concentration maximale atteignait 4,2 μg/l. En 2016, des résultats similaires ont été obtenus en analysant l’urine de quarante-huit députés européens, dont les concentrations en glyphosate étaient comprises entre 0,17 et 3,57 μg/l[ii]. La petite histoire rapporte que le gros lot revenait à un député écologiste belge, qui était un grand buveur de… bière. Or, une étude publiée en février 2016 par l’Institut de l’environnement de Munich a révélé que quatorze des bières les plus vendues étaient toutes contaminées par des résidus de glyphosate, avec une mention spéciale pour la Hasseröder Pils, qui affichait le record de 29,74 μg/l, près de trois cents fois le seuil autorisé dans l’eau[iii]… L’affaire avait provoqué un vif émoi en Allemagne, où on avait découvert que le houblon était le principal responsable.

Dans la vidéo ci-dessous, François Veillerette, directeur de Générations futures, commente les résultats d’une étude conduite sur une trentaine de « personnalités », qui confirme que toute la population française est contaminée par le glyphosate. Ce qui est très inquiétant…

Pour en savoir plus: lire Le Roundup face à ses juges.

Notes

[i] Nicole Sagener, « Overwhelming majority of Germans contaminated by glyphosate », Euraktiv.de, 7 mars 2016.

[ii] Monika Krüger, Andrea Lindner, Johannes Heimrath, « Members of the EU Parliament excrete glyphosate with their urines », rapport au Parlement européen, 2016.

[iii] « German beer industry in shock over glyphosate contamination », Sustainable Pulse, 25 février 2016.

[iv] Monika Krüger et al., « Detection of glyphosate residues in animals and humans », Environmental & Analytical Toxicology, vol. 4, n° 2, 2014.

Rencontre avec deux experts du CIRC

Dans mon post d’hier, j’ai expliqué la faculté de Monsanto à multiplier les études comme des petits pains, sans qu’il soit possible d’en retrouver la trace. C’est ce que m’ont confirmé deux représentants du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), ainsi que je le raconte dans cet extrait de mon livre Le Roundup face à ses juges. Je rappelle que quelques heures après la publication d’un communiqué annonçant que les 19 experts du CIRC avaient classé le glyphosate comme « cancérigène probable pour les humains », Philip Miller, vice-président de Monsanto, affirmait que l’agence onusienne avait  » écarté intentionnellement des douzaines d’études scientifiques […] qui soutiennent la conclusion que le glyphosate ne constitue pas un risque pour la santé humaine« . Dans une interview accordée à Usine Nouvelle, Scott Partridge, un autre vice-président de la firme, parle, lui, de … « 800 études »! 

Qu’à cela ne tienne ! Têtue comme un mulet de mon Poitou d’origine, je n’ai pas abandonné l’espoir d’avoir la réponse à ma question, en contactant les dirigeants du CIRC, qui eux ont accepté de me recevoir. C’est ainsi que j’ai interviewé, le 23 mars 2016, Kurt Straif, un épidémiologiste allemand, qui a succédé à Vincent Cogliano à la tête du programme des monographies ; et, le 29 juin 2016, Kathryn Guyton, une toxicologue américaine, qui coordonna le Groupe de travail sur le glyphosate. Pour préparer mes entretiens, j’avais lu attentivement la monographie 112 qui livre des informations contextuelles très précieuses permettant de comprendre pourquoi Monsanto a déclaré une guerre sans merci contre l’organisme de l’OMS, au moment où l’Europe et les États-Unis sont censés réexaminer l’homologation du glyphosate.

« À travers les monographies, le CIRC vise à identifier les causes du cancer chez les humains, soulignent d’abord ses auteurs. La charge globale du cancer est élevée et ne cesse d’augmenter : le nombre annuel de nouveaux cas était estimé à 10,1 millions en 2000 et devrait atteindre les 15 millions en 2020. » On apprend ensuite qu’au moins quatre-vingt-onze industriels, installés dans vingt pays, fabriquent du glyphosate, le record étant détenu par la Chine qui compte cinquante-trois fabricants (40 % du volume mondial), suivie de l’Inde (neuf fabricants) et des États-Unis (cinq). En 2010, le glyphosate était autorisé dans plus de cent trente pays et représentait « probablement l’herbicide le plus utilisé au monde, avec une production globale annuelle estimée à environ 600 000 tonnes en 2008, qui a grimpé à 650 000 en 2011 et à 720 000 en 2012 ». Je précise qu’en 2016 le volume s’élevait à plus de 800 000 tonnes. L’augmentation importante de l’usage du glyphosate est due à l’expiration, en 2000, du brevet détenu par Monsanto ainsi qu’à l’introduction, en 1996, des plantes transgéniques tolérantes au glyphosate. Malgré l’existence de génériques, le Roundup reste un produit phare pour la firme de Saint Louis, puisque les ventes représentent plus de 30 % de son chiffre d’affaires estimé à 15 milliards de dollars en 2016[1]. Le reste de son chiffre d’affaires provient essentiellement de la vente de semences transgéniques, dont 90 % sont tolérantes au… Roundup ! En clair : si le glyphosate était interdit, la majorité des cultures transgéniques serait menacée de… disparition !

Aux États-Unis, la consommation est passée de moins de 4 000 tonnes en 1987 à 80 000 en 2007. En 2012, les cultures transgéniques dites « Roundup Ready » absorbaient 45 % de la production mondiale. Hormis les OGM, les herbicides à base de glyphosate sont utilisés après les semis de nombreuses plantes conventionnelles – c’est-à-dire non transgéniques – mais aussi comme agent dessiccatif (desséchant) juste avant la récolte[2] (voir infra, chapitre 7). Ils sont aussi pulvérisés dans les vignobles, les vergers, les prairies et forêts, mais également dans les étangs, les rivières et les zones humides. Enfin, un peu partout dans le monde ils restent le désherbant préféré des particuliers, qui en utilisent entre 2 000 et 4 000 tonnes par an aux États-Unis. Résultat : le glyphosate est partout ! On en « trouve dans les sols, l’air, les eaux de surface et les nappes phréatiques, résument les auteurs de la monographie, et des résidus ont été mesurés dans les céréales, les fruits et les légumes ». Autant dire que la molécule représente un enjeu économique énorme, ainsi que me l’ont confirmé les deux représentants du CIRC que j’ai interviewés.

« Peu de temps après la décision du CIRC, Monsanto a dénigré votre évaluation comme relevant de la “science de caniveau”. Que répondez-vous à cette accusation très grave ?, ai-je demandé.

– Il y a beaucoup d’argent en jeu et je pense que nous n’avions pas anticipé le niveau d’intérêt que notre évaluation allait susciter, m’a répondu Kathryn Guyton, visiblement embarrassée.

– De puissants intérêts privés sont concernés par notre monographie, a confirmé Kurt Straif. Je peux simplement rappeler que celle-ci a pris en compte toutes les études disponibles et qu’elle a été rédigée par des experts indépendants qui n’ont aucun intérêt privé dans ce domaine…

– Dans un communiqué, le vice-président Philip Miller a reproché au CIRC d’avoir “reçu et écarté des douzaines d’études”. À quelles études faisait-il référence ?

– De fait, l’industrie nous a communiqué quelques études qui n’ont pas été publiées dans des journaux scientifiques. Mais le groupe de travail a considéré qu’elles ne fournissaient pas suffisamment de détails pour qu’il puisse les évaluer, m’a expliqué le directeur du programme des monographies.

– Elles n’étaient pas assez rigoureuses ?

– Exact…

– Il y avait notamment une étude qui montrait que des souris exposées au glyphosate avaient développé des lymphomes, a précisé Kathryn Guyton, mais les auteurs affirmaient que c’était dû à une infection des cobayes. Le groupe d’experts a estimé qu’il n’y avait pas suffisamment de données qui étayaient cette conclusion. Je tiens à souligner que nous étions disposés à examiner toutes les études que Monsanto voulait nous soumettre. D’ailleurs, la firme avait un représentant lors de nos sessions de travail. Il eût été préférable qu’elle nous fasse part de ses remarques avant plutôt qu’après notre décision… »

Pour établir la monographie, les experts du CIRC ont pris en compte « trois types de preuves scientifiques ». La première concerne les cancers chez les humains. Ce sont des études épidémiologiques réalisées sur des personnes qui ont utilisé le glyphosate dans leur travail. Trois études dites de « cas-contrôle »[3] réalisées au Canada, aux États-Unis et en Suède ont montré « un risque accru de lymphome non hodgkinien, un cancer du système lymphatique qui est rare chez les humains », ainsi que l’a commenté Kurt Straif. L’étude canadienne a révélé qu’il suffisait de deux jours d’exposition par an pour que le risque soit augmenté de manière significative.

La deuxième « ligne de preuves » concerne les cancers chez les animaux de laboratoire. « Il y a suffisamment d’études qui montrent que le glyphosate provoque des cancers chez les rongeurs qui ont ingéré du glyphosate pendant une période plus ou moins longue », m’a dit avec fermeté Kurt Straif[4]. Enfin, le troisième type de preuves concerne la capacité de l’herbicide à endommager l’ADN des organismes vivants, ainsi que l’ont démontré les Argentines Fernanda Simoniello et Delia Aiassa. « La génotoxicité du glyphosate est clairement établie », a affirmé Kathryn Guyton, qui a cité une expérience réalisée en Colombie avec des populations exposées à des épandages aériens : les chercheurs ont constaté que l’herbicide endommageait les chromosomes, en comparant les échantillons sanguins prélevés chez les mêmes personnes avant et après les pulvérisations[i]. De plus, de nombreux tests conduits in vitro sur des cellules humaines ou animales ont confirmé ces dommages.

Enfin, il y a des « preuves solides », écrivent les auteurs de la monographie, que « le glyphosate peut induire un stress oxydant[5] dans les cellules des animaux expérimentaux et dans les cellules humaines exposées in vitro. Or, « ce mécanisme peut-être réparé expérimentalement en administrant des antioxydants qui éliminent les effets du glyphosate sur le stress oxydant ».

« Pensez-vous qu’il faudrait interdire le glyphosate ?, ai-je demandé à mes deux interlocuteurs du CIRC.

– Cette question n’est pas de mon ressort ni de celui du CIRC, m’a répondu la toxicologue américaine. Nos monographies sont un outil mis à la disposition des autorités gouvernementales pour qu’elles puissent réglementer les produits en fixant des normes d’exposition ou un niveau de résidus autorisés dans les aliments adéquats. Mais, nous ne faisons pas de recommandations… »

[1] D’après le site <Planetoscope.com>, « Monsanto vend du Roundup pour une valeur de plus de 150 dollars chaque seconde » !

[2] Le Roundup est utilisé notamment pour dessécher le blé, mais aussi le colza ou les lentilles juste avant la récolte. Cette pratique est théoriquement interdite en Europe, mais pas aux États-Unis.

[3] Dans une étude de cas-contrôle, les chercheurs comparent un groupe de personnes souffrant d’une maladie donnée, comme le lymphome non hodgkinien, à un groupe comparable (par sa taille ou l’âge des participants) de personnes non malades. Puis, ils essaient de déterminer s’il y a un facteur commun (comme l’usage du glyphosate) qui caractérise l’histoire des malades.

[4] Je reviendrai plus en détail sur les études animales retenues par les experts du CIRC dans le chapitre 8.

[5] Le stress oxydant désigne une agression des constituants de la cellule par les « espèces réactives oxygénées », dont les radicaux libres. Le stress oxydant est un facteur d’inflammation et de mutagénèse  propice au développement de  cancers.

[i] Claudia Bolognesi et al., « Biomonitoring of genotoxic risk in agricultural workers from five Colombian regions : association to occupational exposure to glyphosate », Journal of Toxicological Environmental Health, vol. 72, n° 15-16, 2009, p. 986-997.

Inflation chez Monsanto: n’en jetez plus!

Scott Partridge, vice-président de Monsanto, affirme dans une interview à Usine Nouvelle qu’ « il  y a plus de 800 études qui ont été menées sur la question de la dangerosité du glyphosate et toutes confirment l’absence de risque de l’utilisation du produit » et qu » il n’y a aucune étude légitime qui mette en évidence le lien entre le cancer et l’utilisation du glyphosate« .

D’abord, je constate que la firme de Saint-Louis a une tendance inflationniste remarquable: le 21 mars 2015, réagissant avec fébrilité à la décision du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) – qui dépend de l’OMS -, de classer le glyphosate « cancérigène probable pour les humains« , Philip Miller, un autre vice-président de Monsanto, affirmait que le «  CIRC a reçu mais écarté intentionnellement des douzaines d’études scientifiques […] qui soutiennent la conclusion que le glyphosate ne constitue pas un risque pour la santé humaine« .  

En trois ans on est donc passé de « plusieurs douzaines d’études » à « 800 »! Pendant les deux ans où j’enquêtais pour mon film et le livre Le Roundup face à ses juges, j’ai remué ciel et terre pour savoir quelles étaient les « douzaines d’études » auxquelles se référait Philip Miller, et je n’ai rien trouvé de sérieux! Et pour cause: toutes les études toxicologiques conduites par Monsanto, dans le cadre de l’homologation du glyphosate, n’ont jamais été publiées dans les journaux scientifiques, et sont même couvertes par le secret commercial! 

En revanche, pour réaliser sa classification, le CIRC a épluché un millier d’études indépendantes – c’est-à-dire conduites par des chercheurs qui n’ont aucun intérêt financier dans le résultat de leur recherche– qui ont toutes été publiées dans les journaux scientifiques. En d’autres termes: les données de ces études sont publiques et peuvent être consultées par toute personne compétente qui le souhaite. Après un examen rigoureux, les experts du CIRC ont retenu 250 études sur lesquelles ils ont fondé leur classification. 

Comme toujours le diable est dans le détail, et pour décrire le « détail », il faut du temps. Je mets donc un extrait de mon livre « Le Roundup face à ses juges » qui, je l’espère, éclairera le lecteur. 

2015 : Monsanto dénigre le travail du CIRC

La décision du CIRC de classer le glyphosate dans le groupe 2A, celui des « cancérigènes probables pour les humains », a été rendue publique le vendredi 20 mars 2015 sur le site Web de l’organisme. L’information a fait l’effet d’une bombe, provoquant une réponse immédiate de Monsanto, alors que le rapport complet des experts n’était pas encore publié – il ne le sera qu’en juillet 2015. Elle a pris la forme d’un communiqué de presse signé par Philip Miller, le vice-président de la multinationale, en charge des affaires réglementaires mondiales. La ligne de défense, ou plutôt d’attaque, reposait sur trois arguments principaux : 1) « Tous les usages autorisés du glyphosate sont sûrs pour la santé humaine, et soutenus par l’une des bases de données les plus importantes jamais réunies pour un produit d’usage agricole » ; 2) « Nous ne comprenons pas comment le CIRC a pu parvenir à une conclusion aussi dramatiquement différente de celle obtenue par toutes les agences de réglementation du monde » ; 3) « Le CIRC a reçu mais écarté intentionnellement des douzaines d’études scientifiques […] qui soutiennent la conclusion que le glyphosate ne constitue pas un risque pour la santé humaine[i]. » Quelques jours plus tard, dans une interview accordée à l’agence Reuters, un dirigeant de la multinationale n’hésitait pas à caractériser la monographie du CIRC de junk science, c’est-à-dire de « science de caniveau »[ii]. Autant dire que la guerre était déclarée et que, comme nous le verrons ultérieurement elle sera d’une extrême violence (voir infra, chapitre 8).

Dès lors, les trois arguments avancés par le vice-président Miller pour rejeter l’évaluation du CIRC seront repris en boucle par tous les représentants de Monsanto et consorts, ainsi que j’ai pu moi-même le constater le 17 avril 2015, moins d’un mois après le déclenchement des hostilités. Ce jour-là, j’avais été invitée à faire une conférence à la Webster University de… Saint Louis, dans le Missouri, la ville où siège le quartier général de Monsanto[1] ! Cette conférence s’inscrivait dans une tournée que m’avait organisée l’ambassade de France aux États-Unis pour la présentation de mon film Sacrée croissance ! à l’ONU et la sortie de mon livre Notre poison quotidien aux États-Unis. Dans toutes les villes où je suis intervenue – New York, Gainsville (Floride), Chicago et Boston –, j’avais dédié ma conférence au processus de réglementation des produits chimiques, en montrant comment il favorise les industriels au détriment de la santé des citoyens qu’il est pourtant censé protéger. À Saint Louis – contexte oblige ! –, j’avais décidé de fonder ma démonstration sur l’exemple du glyphosate. Quelques minutes avant de prendre la parole, j’avais été informée que deux représentants de Monsanto étaient dans la salle : Philip Eppard et Samuel Murphey, qui occupaient de bien étranges fonctions, le premier étant le « chef de l’engagement académique » (academic engagement lead) et le second celui de la « réponse rapide » (rapid response lead), ainsi que le stipulent leurs cartes de visite que j’ai précieusement gardées… Toujours est-il qu’après avoir présenté la décision du CIRC, j’ai demandé leur avis à mes deux illustres auditeurs. J’ai senti un embarras certain, alors que tous les regards du public se tournaient vers eux. Le chef de la « réponse rapide » a sorti un document qui n’était autre que le communiqué du vice-président Philip Miller… J’ai alors méthodiquement répondu aux trois arguments que Samuel Murphey avait laborieusement lus : « 1) De nombreuses études réalisées par des scientifiques indépendants montrent que le glyphosate n’est pas “sûr pour la santé humaine”, mais curieusement elles ne font pas partie de la “base de données” dont dispose Monsanto ; 2) comme je viens de l’expliquer au cours de ma conférence, le travail des agences de réglementation est controversé en raison des conflits d’intérêts qui caractérisent leurs experts et d’une tendance récurrente à écarter les études indépendantes au profit de celles fournies par l’industrie ; 3) j’aimerais savoir quelles sont les “douzaines d’études” que le CIRC aurait “écartées” et où on peut se les procurer ? »

Ma question a plongé dans une profonde perplexité les deux cadres de Monsanto qui ont bafouillé, provoquant l’hilarité du public, constitué essentiellement d’étudiants, d’universitaires et de représentants d’associations écologiques[2]. Dans la foulée, j’annonçais publiquement que je préparais un nouveau film et livre, qui seraient entièrement dédiés au glyphosate et au Roundup.

À la fin de la conférence, j’ai échangé quelques mots au demeurant fort cordiaux avec Philip Eppard et Samuel Murphey qui m’ont invitée à solliciter une interview avec un « représentant habilité de Monsanto », dans le cadre de ma nouvelle investigation. Quinze mois plus tard, le 15 juillet 2016, alors que je préparais un tournage aux États-Unis, j’ai écrit un mail à MM. Eppard et Murphey qui en substance disait ceci : « Comme je vous l’avais indiqué lors de notre rencontre à l’Université de Saint Louis, je prépare un film sur le glyphosate qui est l’objet d’une énorme attention internationale. Je m’efforce de passer en revue toutes les données scientifiques qui concernent la molécule, c’est pourquoi je serais très heureuse de pouvoir interviewer Philip Miller qui a publiquement manifesté son désaccord avec la classification du CIRC, en arguant que l’agence de l’OMS avait “écarté des douzaines d’études scientifiques”. Je suis disposée à rencontrer M. Miller à la date qui lui convient, de préférence entre le 16 et 22 août. »

Le courriel que j’avais adressé à Philip Eppard m’est revenu avec un message d’erreur. Quant à Samuel Murphey, il m’a répondu le 1er août en me fournissant une dizaine de liens vers les sites Web de Monsanto et d’agences de réglementation comme l’EFSA (l’Autorité européenne de sécurité des aliments) ou le BfR – l’agence allemande, dont il sera beaucoup question dans ce livre –, ou vers des « vidéos d’une minute » disponibles sur YouTube, vantant les mérites de l’herbicide et qu’il m’invitait à incorporer dans mon film. La fin du courriel était sans appel : « Cependant, après des discussions au sein de notre équipe, nous ne sommes pas en mesure de rendre le docteur Miller ni aucun autre représentant de Monsanto disponible pour une interview[3]. » Dont acte !

À dire vrai, cette fin de non-recevoir ne m’a pas surprise. Je l’avais déjà expérimentée lorsque je réalisais Le Monde selon Monsanto. Après une rencontre également très cordiale avec Yann Fichet, le directeur des affaires institutionnelles et industrielles de la filiale française, installée à Lyon, et des mois de relances infructueuses, j’avais finalement décidé de me rendre avec mon équipe dans le quartier bien-nommé de Crève-Cœur, à Saint Louis, où siège Monsanto. Depuis ma chambre d’hôtel, j’avais enregistré mon ultime conversation téléphonique avec Christopher Horner, le responsable des relations publiques qui lui aussi avait affirmé avoir eu « plusieurs conversations internes », avant de m’éconduire définitivement[iii]. Pour avoir étudié pendant deux ans le mode de fonctionnement du leader mondial des OGM, je sais que ses dirigeants honnissent tout particulièrement les journalistes qui ont des questions précises à leur poser. Tant qu’il s’agit de filmer quelques images des laboratoires high tech et d’interroger un spécialiste de la communication sur les « bienfaits des OGM » ou l’« innocuité du glyphosate », les portes du « Monsanto Tour » s’ouvrent sans problème. Le journaliste est alors baladé avec des collègues dans un bus pour faire le tour des installations, montrant que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes… Mais dès que le prétendant demande à interviewer une personne précise – comme par exemple Philip Miller – avec des questions précises, comme celle qui concerne les « douzaines d’études » que le CIRC aurait ignorées, il n’y a plus personne…

[1] La conférence était organisée par le professeur Lionel Cuillé, qui dirige le département des études françaises à l’Université Webster et représente le consulat de France de Chicago à Saint Louis.

[2] Toute cette séquence a été filmée par un vidéographe amateur que j’avais sollicité avant d’arriver à Saint Louis.

[3] La fonction de Samuel Murphey avait changé, puisqu’il a signé son mail en tant que « External Affairs Lead, Chemistry » (chef des affaires extérieures, chimie).

[i] « Monsanto disagrees with IARC classification for glyphosate », Monsanto.com, 20 mars 2015, <frama.link/AwW_jRbm>.

[ii] Carey Gillam, « Scientist defends WHO group report linking herbicide to cancer », Reuters, 26 mars 2015.

[iii] Voir Marie-Monique Robin, Le Monde selon Monsanto, op. cit., p. 14-15.

Demain: les experts du CIRC n’ont pas trouvé non plus quelles étaient les « douzaines d’études » évoquées par Philip Miller. Alors 800!!

Christine Sheppard: la première plaignante américaine

Dewayne Johnson, le jardinier américain, qui vient de gagner son procès contre Monsanto, est l’un des quelque 5000 plaignants américains qui ont porté plainte contre la firme américaine. Tous sont des agriculteurs ou jardiniers qui souffrent d’un lymphome non hodgkinien – un cancer du système lymphatique- et qui ont utilisé régulièrement du Roundup ou des herbicides à base de glyphosate. La première plaignante s’appelle Christine Sheppard, un ex-productrice de café à Hawaï. Elle est l’un des protagonistes de mon film et livre Le Roundup face à ses juges. La première fois que je l’ai rencontrée, c’était à Orange, en Virginie, où elle avait un rendez-vous avec son avocat Timothy Litzenburg, du cabinet Miller, qui a lancé les procédures américaines. Ce cabinet, spécialisé dans les « class actions » (recours collectifs) contre les multinationales, a lancé un appel à témoins, au printemps 2015, après que le Centre International de Recherche sur le cancer (CIRC), qui dépend de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a classé le glyphosate comme « cancérigène probable pour les humains« . Pour établir leur classification, les 19 experts réunis par le CIRC avaient analysé 250 études indépendantes portant sur le glyphosate et avaient notamment conclu que le lien entre l’exposition à l’herbicide et le lymphome non hodgkinien était particulièrement bien établi scientifiquement. Après la première victoire de Dewayne Johnson, ARTE a décidé de rediffuser Le Roundup face à ses juges mardi 14 août. Le film est dors et déjà visible sur le site de la chaîne

Je mets en ligne un extrait de mon livre où je raconte en détails l’histoire de Christine Sheppard et pourquoi Timothy Litzenburg et le cabinet Miller ont décidé de se lancer dans cette bataille historique. 

Légende: Christine Sheppard et Timothy Litzenburg, lors de leur audition au Tribunal International Monsanto (TIM) qui s’est tenu à La Haye, les 15 et 16 octobre 2016. 

Le lymphome non hodgkinien de Christine Sheppard

« Je n’oublierai jamais ce jour de septembre 2015, où j’ai découvert le lien qu’avait établi le CIRC entre l’utilisation du Roundup et le lymphome non hodgkinien. J’étais sur mon ordinateur et j’ai crié à mon mari : “Viens voir !” » Quand elle m’a raconté cette anecdote, le 21 mai 2016, Christine Sheppard avait encore les yeux qui brillaient d’excitation. « C’était incroyable, a-t-elle poursuivi. J’avais enfin l’explication de ma maladie. L’information provenait du site du Bureau de l’évaluation des risques environnementaux et sanitaires (OEHHA) de Californie, qui annonçait qu’il avait proposé d’inclure le glyphosate sur la liste des produits cancérigènes reconnus par l’État – ce qui, à terme, impliquait que cela devrait être signalé sur tous les bidons de Roundup vendus en Californie. Peu de temps après, j’ai appris qu’un cabinet d’avocats recherchait des victimes pour mener des actions en justice contre Monsanto. C’était comme une petite lumière qui s’allumait, enfin, dans la nuit… »

Lors de son audience au TIM, Christine Sheppard a longuement expliqué le « calvaire » qu’elle a vécu. D’origine britannique, cette directrice marketing d’une entreprise informatique s’est installée en 1980 en Californie, où son mari Ken, un ingénieur en aéronautique, avait été promu. En 1995, le couple décide de changer de vie : « Nous étions fatigués des voyages professionnels qui nous éloignaient de notre fille, a-t-elle expliqué. Nous avions envie de faire quelque chose ensemble et de profiter de la vie en réalisant un vieux rêve qui était de travailler la terre. » C’est ainsi que la famille Sheppard déménage à Kona sur l’île d’Hawaii, où elle a acheté une plantation de café. « Comme nous n’y connaissions rien, nous avons suivi une formation au collège d’agriculture tropicale, et on nous a dit : “Pour désherber entre les rangs de café, utilisez le Roundup !”, a raconté Christine. On nous a montré des photos de personnes en train de le pulvériser, sans masque, sans gants, sans rien du tout. Notre technicien agricole nous a dit d’utiliser un pulvérisateur à pompe que je mettais sur mon dos. Je passais du Roundup sur les deux hectares de café, avant chaque taille et chaque récolte, environ quatre ou cinq fois par an. C’était mon travail de désherber, parce que mon mari s’occupait plutôt des constructions. Personne ne nous a dit que c’était dangereux… »

Les Sheppard apprennent très vite leur nouveau métier et leur ferme devient une référence dans toute la région de Kona. Grâce à ses compétences en marketing, Christine met en place le premier réseau de vente directe de café sur Internet. C’est elle qui se charge de l’envoi des commandes et de l’accueil des clients à la ferme, tandis que Ken s’occupe de la torréfaction des grains. En 2001, le couple décide de passer en bio et prépare sa reconversion, prévue sur cinq ans. Mais le projet n’aboutira jamais : « En août 2003, on m’a diagnostiqué un lymphome non hodgkinien, stade 4, avec 10 % de chance de survie, a dit Christine, la voix nouée par l’émotion. Nous pensions que j’allais mourir… Je n’arrêtais pas de demander à mon médecin : pourquoi moi ? Mais personne ne pouvait me dire pourquoi j’avais ce cancer, alors que j’avais une vie très saine, avec beaucoup d’activités physiques, et que je ne fumais pas. J’ai subi une chimiothérapie très violente à Honolulu, mais un an plus tard, le lymphome était toujours là. Mon oncologue m’a dit qu’il fallait que je subisse une greffe de cellules souches dans un hôpital de Los Angeles. Pour payer cette opération très risquée, nous avons dû vendre la plantation de café. Ce fut terrible, mais nous n’avions pas le choix, car notre assurance privée ne couvrait qu’une partie des frais. Après quatre mois d’hospitalisation, où j’ai alterné les séances de chimiothérapie et de radiothérapie, j’ai appris, effondrée, que malgré la greffe, le lymphome subsistait dans mon abdomen. Mon oncologue m’a alors proposé de participer à un essai thérapeutique d’un nouveau médicament qui m’a été injecté en avril 2015. Ça a marché !

« Depuis je suis en rémission, mais je souffre des effets secondaires des traitements que j’ai subis. Je suis atteinte d’une neuropathie périphérique qui me provoque d’insoutenables sensations de brûlures dans les pieds et les mains ; je souffre aussi de cécité nocturne et de problèmes cardiaques. Normalement je ne voyage pas et j’évite les endroits où il y a beaucoup de gens, car mon système immunitaire est très fragile. J’ai pris le risque de venir à La Haye parce qu’il est très important de participer à ce tribunal. Je ne veux pas que quelqu’un d’autre ait à vivre ce que j’ai vécu. Je veux que Monsanto arrête d’empoisonner notre planète, je veux que la firme reconnaisse ce qu’elle a fait et qu’elle rende des comptes. C’est pourquoi je suis ici. »

2015-2017 : 3 000 Américains portent plainte contre Monsanto

Dès septembre 2015, Christine et Ken Sheppard ont contacté le cabinet Miller, qui avait lancé un appel aux personnes atteintes d’un lymphome non hodgkinien pouvant prouver qu’elles avaient utilisé du Roundup. Installé à Orange, en Virginie, ce cabinet est spécialisé dans les class actions (les recours collectifs) menées au civil pour obtenir des « compensations financières et des dommages et intérêts punitifs » au nom des victimes de multinationales. Aux États-Unis, ces procès ont lieu devant un jury de citoyens tirés au sort, à moins que l’entreprise accusée préfère négocier un règlement à l’amiable pour éviter que ses forfaits fassent la une des journaux. C’est la solution qu’avait choisie Monsanto en 2002, face à une double class action qui réunissait plus de 5 000 habitants d’Anniston (Alabama), où l’entreprise possédait une usine de PCB. Pendant plusieurs décennies, la production de ces huiles chimiques extrêmement toxiques, utilisées notamment comme isolants dans les transformateurs électriques, avait contaminé l’air, l’eau et les sols de la ville. Finalement, après des années de procédure qui avaient coûté plusieurs millions de dollars, Monsanto avait accepté de payer 700 millions de dollars, la plus forte amende jamais payée dans l’histoire industrielle américaine. Sur les 600 millions réservés à l’indemnisation des victimes, les avocats avaient empoché 40 %. Car dans ce genre de procédure, typiquement américaine, ce sont les avocats qui avancent les frais, en espérant toucher le jackpot, une fois la victoire assurée.

Dans le cas du glyphosate, le cabinet Miller a dû renoncer à monter une class action, au sens strict du terme, parce qu’à la différence des malades de Anniston, chez qui on avait pu mesurer un taux précis de PCB dans le sang, les causes d’un lymphome non hodgkinien peuvent être multiples. « La justice américaine exige que chaque victime ait son propre procès, car chaque histoire est différente », m’a expliqué Timothy Litzenburg, l’avocat du cabinet Miller en charge du dossier. Christine Sheppard fut la première « cliente » de ce « litige de masse » (mass tort). En mai 2016, 500 « clients » avaient rejoint l’ex-productrice de café. En octobre 2016, lors du Tribunal de La Haye, ils étaient plus d’un millier et, en juillet 2017, ils étaient plus de 3 000.

« Vous venez de tous les États-Unis », a expliqué Timothy Litzenburg à Christine lors de leur première rencontre, le 21 mai 2016, dans son bureau d’Orange. Jusque-là, l’avocat et sa cliente n’avaient échangé que par téléphone ou par courriel, car des milliers de kilomètres les séparaient, le premier vivant près de Washington, la seconde en Californie. « La majorité d’entre eux sont des agriculteurs, qui, comme vous, ont utilisé régulièrement les produits de Monsanto sur leurs cultures, a poursuivi Timothy Litzenburg. Il y a aussi des paysagistes, qui travaillent sur la pelouse de leurs clients ou sur des golfs ; il y a, enfin, quelques propriétaires privés, qui ont utilisé l’herbicide de manière régulière dans leur jardin. Tous souffrent d’un lymphome non hodgkinien après avoir été exposés au Roundup de Monsanto. »

En novembre 2015, l’avocat a déposé une première plainte au nom de Christine Sheppard auprès de la Cour fédérale de Californie. Plainte que Monsanto a immédiatement contestée au motif que l’affaire ne relevait pas de cette juridiction, parce que les faits allégués s’étaient déroulés à Hawaii et que le siège de Monsanto est situé dans le Missouri. Une deuxième plainte a donc été déposée, le 2 février 2016 à la cour de district d’Honolulu. Baptisée « Sheppard et al v. Monsanto Company », la plainte stipule que Monsanto « savait ou avait des raisons de savoir que les produits de la gamme Roundup étaient […] intrinsèquement dangereux et non sûrs lorsqu’ils étaient utilisés selon les instructions fournies par le défendeur. […] Monsanto a toujours clamé que le Roundup était inoffensif, en promouvant des données falsifiées et en attaquant des études légitimes qui ont révélé ses dangers. Monsanto n’a cessé de conduire une campagne de désinformation afin de convaincre les agences gouvernementales, les agriculteurs et le public que le Roundup est sûr ».

« Comme vous le savez sûrement, Monsanto continue d’affirmer que son produit ne cause pas de cancer ni de lymphome non hodgkinien, a dit Timothy Litzenburg à Christine, lors du rendez-vous de mai 2016. D’ailleurs, la firme vient de porter plainte contre le Bureau de l’évaluation des risques environnementaux et sanitaires (OEHHA) de Californie, qui avait proposé d’inclure le glyphosate sur la liste de Proposition 65. » Dans le jargon californien, la « Prop 65 » est une loi votée en 1986 qui exige que l’État publie une liste, mise à jour tous les ans, des produits chimiques qui causent des cancers, des malformations congénitales ou des troubles de la reproduction[1]. Comme nous l’avons vu, après la décision du CIRC, l’OEHHA avait proposé que le glyphosate rejoigne les quelque neuf cents produits que comptait alors la liste. Le 21 janvier 2016, Monsanto déposait une plainte contre l’organisme californien auprès de la Cour supérieure de Freno. Dans un communiqué signé par l’incontournable Philip Miller, la multinationale arguait que « le glyphosate ne cause pas de cancer. C’est pourquoi l’inclusion du glyphosate sur la liste de la Proposition 65 de Californie serait sans fondement scientifique et provoquerait une inquiétude injustifiée chez les consommateurs. […] Les conclusions prises par le CIRC lors de la réunion en France sont erronées, non transparentes et basées sur des données qui ont été interprétées de manière sélective[i] ».

« Nous sommes face à une multinationale multimillionnaire qui dispose de ressources quasi illimitées, a dit Timothy Litzenburg lors de sa rencontre avec Christine. Notre atout est d’avoir avec nous la science indépendante et rigoureuse ; de l’autre côté, Monsanto a la capacité de financer ses propres études. Nous avons commencé à examiner les documents transmis par Monsanto à l’Agence de protection de l’environnement ainsi que les documents internes de la firme, dont nous avons demandé la déclassification, pour découvrir qui savait quoi et quand. La bataille va être rude et longue, mais nous avons bon espoir de la gagner…

– Pour moi, ça a été un vrai soulagement de savoir que quelqu’un allait mettre son nez dans ce dossier, a dit Christine, visiblement émue. Je remercie votre cabinet de faire ce travail, car il est inimaginable qu’une personne individuelle se lance dans un procès contre Monsanto. Je n’ai pas les poches asses pleines pour m’attaquer à eux. Je serais ruinée financièrement avant même que le procès commence. C’est impossible de faire ça toute seule, j’ai besoin d’aide. »

[1] Le nom officiel de la Proposition 65 est Safe Drinking Water and Toxic Enforcement Act. La loi exige que les commerces qui vendent des produits relevant de la liste de « Prop 65 » informent les clients des dangers qu’ils courent en utilisant ces produits.

[i] « Monsanto takes legal action to prevent flawed listing of glyphosate under California’s Prop 65 », communiqué de Philip Miller sur le site de Monsanto, 21 janvier 2016, <frama.link/VnU3avZt>.

Les « boucles de rétroaction positive » ou comment le dérèglement climatique peut s’emballer

Il est une chose, dont les climatologues parlent rarement, et pour cause: elle fait très peur et elle est très difficile à mesurer. Il s’agit des « boucles de rétroaction positive ». Si vous voulez comprendre ce que c’est, lisez l’extrait ci-dessous de mon livre Sacrée croissance! Mais avant, fermez les yeux et imaginez qu’en avril 2014, François Hollande, assisté de Nicolas Hulot, a lancé la « Grande Transition » vers une société décarbonée et durable. Comme lors des attentats du 11 septembre 2001, toutes les chaînes de télévision et les radios se sont mobilisées pour expliquer clairement -enfin!- aux Français et Françaises comment fonctionne le dérèglement climatique et pourquoi il menace la survie de l’humanité.  Grâce à cette grande opération de communication, chaque citoyen(ne) a compris que pour stopper le changement climatique, il ne suffisait pas de changer les ampoules, mais qu’il fallait complètement revoir notre mode de vie. 

On n’avait jamais vu cela : du Nord au Sud de la planète, dans les usines, les bureaux, les foyers, les cafés, les écoles ou les commerces, les citoyens et citoyennes se sont rassemblés devant les postes de télévision ou de radio pour écouter, tétanisés, les terribles nouvelles. Avec un remarquable effort de pédagogie, les experts ont expliqué qu’avant l’ère industrielle (au milieu du xixe siècle), la concentration moyenne de l’atmosphère en dioxyde de carbone (CO2) était de 278 ppm, mais que, le 9 mai 2013, elle avait franchi le seuil de 400 ppm[1], le niveau le plus élevé depuis 800 000 ans. D’après leurs calculs, en 2012, plus de 365 milliards de tonnes de carbone avaient été émises dans l’atmosphère provenant de la combustion d’énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon) et de la production de ciment. S’y ajoutaient 180 milliards de tonnes causées par le changement d’affectation des sols, comme la déforestation. Plus de la moitié de ces émissions avaient eu lieu après le milieu des années 1970, avec une accélération notable au cours des vingt dernières années, puisqu’entre 1992 et 2012, elles avaient augmenté de 38 %. Ces émissions anthropiques – c’est-à-dire issues de l’activité humaine – de gaz « à effet de serre » avaient entraîné un réchauffement de la Terre de 0,85 °C entre 1880 et 2012, les trois dernières décennies ayant été les plus chaudes qu’ait connues l’hémisphère Nord depuis au moins 1 400 ans.

Sur les plateaux de télévision, les climatologues ont commenté la carte du monde qui m’avait tant impressionnée quand j’avais lu un rapport intermédiaire du GIEC, publié deux semaines avant le 14 Avril et qui était passé inaperçu[2]. On y voyait les effets du changement climatique déjà constatés sur tous les continents : augmentation de la fréquence et de l’intensité des inondations, sécheresses, incendies, tempêtes et cyclones, provoquant des dégâts humains et matériels considérables et une baisse de la production alimentaire. Les experts ont aussi expliqué pourquoi le niveau de la mer augmentait inexorablement, pourquoi les océans s’acidifiaient, quelles étaient les conséquences de la fonte de la banquise, des glaciers et des calottes glaciaires, ou du dégel du permafrost de Sibérie. Et ils ont introduit une notion complètement inconnue du grand public, qui a provoqué quelques (rares) réactions d’hystérie collective : les « boucles de rétroaction positives ».

Les scientifiques ont expliqué que le processus du réchauffement climatique n’est pas linéaire, mais exponentiel. Et que certains facteurs agissent comme des turbocompresseurs qui accélèrent la tendance en cours dès que sont franchis des « seuils de basculement » (tipping points). On apprit ainsi que la fonte des glaces polaires, dont l’albédo (leur capacité à réfléchir une grande partie du rayonnement solaire) est très élevé, allait accélérer la désintégration du pergélisol des régions arctiques. Or, ces sols gelés couvrant un cinquième de la surface terrestre contiennent d’énormes quantités de carbone et de méthane (un gaz vingt-et-une fois plus réchauffant que le CO2) ; lesquelles, en se libérant, pourraient augmenter la température de la Terre d’un degré supplémentaire. Un réchauffement global de 3° provoquerait par ailleurs l’effondrement de l’Amazonie, dont les arbres et les sols cesseraient d’absorber du carbone, pour en libérer au contraire d’énormes quantités, ajoutant 250 ppm dans l’atmosphère. À ce stade de 4 ou 5 degrés de réchauffement, les humains pourraient assister impuissants au dégazage des hydrates de méthane[3], emprisonnés dans la glace des fonds marins polaires, comme cela s’est produit il y a 55 millions d’années lors du « maximum thermique » du passage paléocène-éocène (PETM), où la concentration de CO2 a atteint 1 000 ppm en 20 000 ans, provoquant un réchauffement de la planète de 6°. « La différence, expliqua Jim Zachos, un paléo-océanographe américain, c’est que le rythme des émissions actuelles de carbone est trente fois plus rapide qu’à l’époque du PETM[4]… »

Inutile de préciser que le « pire scénario du GIEC », comme nous continuons de l’appeler, aurait entraîné des conséquences funestes pour la vie sur Terre. À l’époque, les scientifiques évoquaient le commencement de la « sixième extinction des espèces » (voir infra, chapitre 6) et envisageaient des perspectives guère plus réjouissantes pour les humains : dans son rapport, le GIEC évoquait les centaines de millions de réfugiés climatiques, fuyant les zones rendues inhabitables par la désertification, la montée de la mer ou les ravages causés par les cyclones. Il mettait en garde contre le coût économique de l’inaction – lequel, d’après les Nations unies, pourrait s’élever à 300 milliards de dollars par an. Et il soulignait les risques de famines, de conflits autour des ressources devenues plus rares, comme l’eau, les énergies fossiles (voir infra, chapitre 4) ou les stocks de poissons. Mais aussi d’épidémies meurtrières (typhus, choléra, dengue, virus Ébola), sans parler de l’émergence de nouveaux agents pathogènes jusque-là inconnus.

Pour éviter ce scénario catastrophe, la conclusion des experts était sans appel : si l’on voulait limiter la concentration des gaz à effet de serre dans l’atmosphère à 450 ppm pour maintenir le réchauffement de la Terre au-dessous de 2°, il fallait impérativement réduire les émissions mondiales de 40 % à 70 % d’ici 2050 et les éliminer presque totalement d’ici la fin du siècle.

[1] Une concentration de 400 ppm (parties par million) signifie que le CO2 représente 0,04 % des molécules d’air sec ; la mesure a été relevée à l’observatoire de Mauna Loa (Hawaii).

[2] GIEC, Climate Change 2014. Impacts, Adaptation, and Vulnerability, Summary for Policymakers, 31 mars 2014, p. 7.

[3] Surnommés « glace qui brûle » ou « glace de méthane », les hydrates de méthane sont inflammables dès qu’ils fondent et entrent en contact avec l’oxygène.

[4] « Lesson from 55 million years ago says climate change could be faster than expected », Daily Telegraph, 17 février 2006.

Comment Monsanto a caché la toxicité du glyphosate

Actuellement se tient en Californie le  procès opposant Dewayne Johnson,  un jardinier atteint d’un lymphome non hodgkinien (LNH) – un cancer du système lymphatique-  qui a passé du Roundup dans les cours de récréations et espaces publics, et Monsanto. S’il gagne, cela fera jurisprudence et redonnera de l’espoir aux quelque 4000 agriculteurs et jardinier américains, souffrant de la même pathologie, qui ont répondu à l’appel du cabinet Miller, ainsi que je le raconte dans Le Roundup face à ses juges. J’y raconte l’histoire de Christine Sheppard, une productrice de café de Hawaï, qui a désherbé pendant des années ses plantations avec du Roundup, avant d’être diagnostiquée d’un LNH. C’est la première victime qui a contacté le cabinet Miller et son avocat Timothy Litzenburg, après son appel à témoins. 

La question centrale du procès c’est de savoir si Monsanto connaissait, et a donc caché, la cancérogénicité du glyphosate, la matière active du Roundup. Pour moi, la réponse est clairement: oui! C’est ce qu’a notamment révélé la publication des « Monsanto Papers ». Ce sont des milliers de documents internes de la firme que le cabinet Miller avait obtenus, dans le cadre des procédures en cours, et qu’un juge de Californie a accepté de déclassifier. L’ONG US Right to Know s’est chargée de les éplucher et de les mettre en ligne. Pour ma part, j’ai passé des jours à décortiquer cette masse de documents. 

Voici la synthèse que j’en ai fait dans mon livre Le Roundup face à ses juges

Les manipulations de Monsanto et la complicité de l’EPA

Les Monsanto papers confirment aussi que la multinationale ment et manipule sans aucun état d’âme. Comme nous l’avons vu, elle n’a cessé de marteler que « le glyphosate n’est pas génotoxique », c’est-à-dire qu’il n’affecte pas l’ADN. En fait, elle est persuadée du contraire et a imaginé les pires stratagèmes pour se « border » au cas où… C’est ainsi qu’en 1999, elle a demandé à Mark Martens, son toxicologue en chef pour l’Europe et l’Afrique, de cornaquer le Britannique James Parry (décédé en 2010), qui était alors considéré comme l’un des grands noms de la génotoxicité. Auteur de trois cents publications de référence, le scientifique fut chargé de rédiger un rapport qui a fini aux oubliettes. En effet, ainsi que le révèle un document remis par les avocats des parties civiles au juge californien[i], « après avoir examiné la littérature publiée ainsi que les études non publiées de Monsanto sur la génotoxicité », le professeur Parry conclua que « le glyphosate est un clastogène potentiel in vitro », c’est-à-dire une substance qui « cause un dommage structurel au matériel génétique ». N’ayant visiblement pas compris la manœuvre dont il était l’objet, il recommanda à Monsanto de « conduire de multiples tests supplémentaires pour déterminer la génotoxicité » de l’herbicide. « Nous ne ferons pas les études que demande Parry », s’énerve un cadre dénommé William Heydens, qui demande à Mark Martens : « A-t-il déjà travaillé pour l’industrie ? », en espérant que ce rapport « n’a pas coûté trop cher ». Et de suggérer que soit « trouvé un autre expert » pour combler ce qui en interne est appelé le « trou de la génotoxicité » (genotox hole). Dans un courriel collectif envoyé en 2001 par un dirigeant de la firme, Mark Martens est vilipendé : « Mark n’a pas bien géré cela et on en est presque arrivé à voir Parry déclarer le glyphosate génotoxique[ii]… »

Dans un autre document déclassifié, l’infortuné Mark Martens explique comment les surfactants – ces fameux adjuvants que contient la formulation du Roundup – augmentent l’absorption du glyphosate à travers la peau des utilisateurs. Or, ces surfactants, qui, je le rappelle, ne sont jamais testés pour établir les normes d’exposition (DJA et LMR) des herbicides à base de glyphosate, inquiètent vivement l’EPA, ainsi que le révèlent plusieurs courriels internes qu’a pu consulter Carey Gillam, de US Right to Know. En avril 2016, alors qu’à l’instar de son homologue européenne, l’agence américaine se débattait pour justifier la réautorisation du glyphosate, l’un de ses cadres, Khue Nguyen, demandait instamment à Monsanto de lui fournir « toutes les études disponibles montrant la sécurité et la composition des formulations complètes utilisées actuellement mais aussi au début des années 1980 ». Mieux vaut tard que jamais ! Cela n’empêcha pas le même Khue Nguyen de raconter des bobards à un jardinier amateur de quatre-vingt-trois ans qui s’était adressé à l’EPA pour faire part de ses inquiétudes : « Les fabricants de pesticides sont obligés de communiquer à l’EPA la nature des adjuvants qu’ils utilisent, écrit-il avec un bel aplomb, le 16 avril 2016. Pour le Roundup, ceux-ci ne sont pas préoccupants, si l’herbicide est utilisé en respectant le mode d’emploi[iii]. » Le potentiel toxique des adjuvants est un vieux sujet de discussion parmi les toxicologues de Monsanto. Dans un mail du 12 février 2001, Mark Martens – encore lui ! – écrit à trois collègues : « Si quelqu’un m’annonçait qu’il veut tester la formulation complète du Roundup, je sais comment je réagirais : avec une vive inquiétude. » Un an plus tard, le 25 avril 2012, William Heydens, que j’ai déjà cité, fait un bel aveu à sa consœur Donna Farmer (qui est toujours en poste aujourd’hui) : « J’ai discuté de la situation avec Holson et DeSesso, et sans surprise nous avons conclu que nous sommes plutôt bien avec le glyphosate, mais vulnérables avec les surfactants. […] Comme je te l’ai entendu dire : le glyphosate est OK, mais la formulation, et donc les surfactants, cause les dommages[iv]. »

Les documents déclassifiés par le juge californien dévoilent encore la collusion permanente entre Monsanto et l’EPA, dont les responsables sont plus prompts à défendre les intérêts de la firme que ceux des citoyens. Dans une lettre datée du 4 mars 2013, la toxicologue Marion Copley (décédée en janvier 2014) accuse ainsi son chef Jess Rowland, qui dirige le processus de révision du glyphosate, d’« intimider le personnel » afin de « modifier les rapports pour qu’ils soient favorables à l’industrie » et assure que « la recherche sur le glyphosate montre qu’il devrait être classé comme cancérigène probable pour les humains[v] ». On découvre aussi comment les responsables de l’EPA ont tout fait pour faire échouer une évaluation des risques causés par l’exposition alimentaire aux résidus de glyphosate que voulait conduire une agence fédérale rattachée au Center for Diseases Control and Prevention (CDC) d’Atlanta. Annoncée pour octobre 2015, l’évaluation n’était toujours pas publiée près de deux ans plus tard[vi].

[i] Plaintiffs’ Case Management Statement. Pursuant to the Court’s February 1, 2017 order, Plaintiffs submit this joint case management statement (disponible sur le site de US Right to Know, <frama.link/MV4t_Qhc>).

[ii] Cité par Stéphane Foucart, « Ce que les Monsanto papers révèlent du Roundup », Le Monde, 18 mars 2017.

[iii] Cité par Carey Gillam, « Internal EPA documents show scramble for data on Monsanto’s Roundup herbicide », Huffington Post, 7 août 2017.

[iv] Cité par Danny Hakim, « Monsanto Emails raise issue of influencing research on Roundup weed killer », New York Times, 1er août 2017.

[v] Cité par Carey Gillam, « Questions about EPA-Monsanto collusion raised in cancer lawsuits », Huffington Post, 13 février 2017.

[vi] Carey Gillam, « Collusion or coincidence ? Records show EPA efforts to slow herbicide review came in coordination with Monsanto », Huffington Post, 17 août 2017.

Comment certaines sociétés ont évité l’effondrement

Dans mon post précédent, j’ai expliqué pourquoi les civilisations mayas ou de l’île de Pâques se sont effondrées, entraînant la disparition de leur culture mais aussi de la totalité de leur population. Or, l’effondrement n’était pas inéluctable. Pour cela il eût suffi que soient prises des mesures collectives et individuelles pour anticiper et relever les défis environnementaux qui menaçaient la vie de la collectivité. Dans mon livre Sacrée croissance!, Jared Diamond, – le biologiste américain , auteur de Collapse (L’effondrement)- rapporte plusieurs exemples de sociétés qui ont su éviter le pire. 

Extrait de mon livre:

Les success stories de ceux qui ont su éviter la catastrophe

 « Fort heureusement, dit Jared Diamond, l’histoire connut aussi de vraies success stories qui doivent être pour nous des sources d’espoir et d’inspiration. Elles nous montrent qu’il y a deux manières de résoudre les problèmes environnementaux graves : soit du bas vers le haut, soit du haut vers le bas. » Dans la première catégorie, a-t-il expliqué, il y a l’histoire de la Nouvelle-Guinée, une île située au nord de l’Australie, dont les Européens ont longtemps pensé que l’intérieur était inhabité en raison de la forteresse de montagnes qui bordaient ses côtes. Dans les années 1930, des pilotes survolèrent les Haute Terres et découvrirent un paysage transformé par des millions d’habitants, avec des jardins, des fossés pour l’irrigation et le drainage, des cultures en terrasses ou sur buttes, où poussaient des bananiers, du taro, de la canne à sucre, du manioc, des patates douces et une grande quantité de fruits et légumes. Installés depuis 46 000 ans sur ces terres, les aborigènes pratiquaient une agriculture durable depuis au moins 10 000 ans, ce que j’ai vu de mes propres yeux ! À un moment de leur histoire, ils avaient largement déforesté, puis ils inventèrent un système de sylviculture unique en plantant une espèce d’arbre, le casuarina oligodon, qui présente la caractéristique de croître rapidement et de fournir un bois de qualité pour la construction et la combustion. Enfin, cette société agricole veillait à maîtriser sa croissance démographique (grâce à la technique du coïtus interruptus et l’avortement) et elle était plutôt égalitaire : elle n’avait pas de chefs, mais des big men (grands hommes) peu épris de bling-bling et qui vivaient dans les mêmes huttes que les autres villageois.

Dans la catégorie du haut vers le bas (top down), Jared Diamond avait cité l’exemple du Japon de l’ère des Togukawa, à partir du xviie siècle. À cette époque, l’archipel connaissait une grave crise environnementale due à un intense déboisement, commencé dix siècles plus tôt, au point que le pays vint à manquer de la précieuse ressource. Or, le bois, utilisé pour construire les maisons, les outils, les ustensiles et les armes, servait aussi de fourrage, engrais ou combustible. Les shoguns (généraux) imposèrent des mesures draconiennes pour reboiser le pays et assurer la pérennité des forêts : ils nommèrent des fonctionnaires chargés de clôturer les zones déboisées pour qu’elles puissent se régénérer, établirent des registres forestiers, interdirent l’abattage de certaines espèces, comme les cèdres ou les chênes, et édictèrent des quotas attribués à chaque famille. De la sorte, à la fin du xixe siècle, au moment où il reprenait ses échanges avec le monde extérieur, le Japon « vivait de façon durable, en presque totale autarcie ».

« Les histoires que je viens de vous raconter, avait commenté Jared Diamond, montrent l’importance de la décision collective et individuelle pour régler de graves problèmes environnementaux qui menacent la survie de la société dans son ensemble. C’est cette capacité qui a manqué aux Mayas ou aux habitants de l’île de Pâques. Pourquoi ? Si nous voulons nous-mêmes éviter l’effondrement, il est important que nous comprenions les mécanismes à l’œuvre dans l’échec. La première explication, c’est que le groupe d’humains n’est pas parvenu à anticiper le problème avant qu’il n’arrive parce qu’il n’en avait jamais connu de similaire. C’est le cas des Mayas qui déboisèrent les collines pour étendre les cultures. Parfois, le groupe peut avoir eu une expérience similaire très ancienne, mais celle-ci n’a pas été transmise, ni oralement ni par écrit : celle de la terrible sécheresse connue par les Mayas au iiie siècle n’a pas servi à leurs descendants quand elle s’est répétée au ixe siècle. Parfois, l’échec s’explique aussi par l’incapacité du groupe à percevoir un problème qui est déjà là. C’est ce qui s’est passé dans le Montana, où les propriétaires des mines ou des entreprises forestières n’habitaient pas dans l’État et avaient intérêt à minimiser l’impact des dégâts qu’ils causaient, parce qu’ils n’en souffraient pas directement, ce qui est une attitude récurrente des grandes compagnies. En Nouvelle-Guinée, en revanche, c’est la collectivité qui gérait les ressources de son territoire et chaque individu était responsable du bien-être de l’île. Il arrive aussi que le problème soit difficile à percevoir, parce que sa survenue est très lente. C’est le cas avec le réchauffement climatique. »

Jared Diamond expliqua alors qu’il avait découvert le Montana lorsqu’il était adolescent au milieu des années 1950. Il n’y était retourné qu’en 1998 et avait été frappé de voir que la neige avait quasiment disparu du sommet des montagnes, car les glaciers avaient largement fondu. Les gens du pays étaient surpris de sa réaction, car ils avaient perdu la mémoire de ce qu’était la montagne quarante plus tôt, les changements ayant été imperceptibles d’année en année. C’est ce qu’on appelle l’« amnésie des paysages ».

« Ensuite, a poursuivi le biologiste américain, il arrive que le groupe ait identifié le problème, mais qu’il n’essaie pas de le résoudre ou échoue, en raison de ce que les scientifiques appellent le “comportement rationnel”, précisément parce qu’il repose sur un calcul rationnel même s’il est répréhensible d’un point de vue moral. Ceux qui ont causé le problème se sentent à l’abri parce qu’il n’y a pas de lois qui permettent de les poursuivre ou, s’il y en a, elles ne sont pas efficacement appliquées. Ils représentent une petite minorité qui ne pense qu’à faire de gros profits immédiats et savent que les dégâts seront répartis sur un grand nombre de personnes. Cela n’encourage pas les perdants à se battre, car chacun ne perd qu’un petit peu et ne peut escompter qu’un petit bénéfice, incertain et lointain. »

Demain: le dérèglement climatique et les boucles de rétroaction positives

Les causes de l’effondrement à venir…

Dans mon livre Sacrée croissance!, j’écris en… 2034, et je raconte comment l’humanité à pu éviter l’effondrement. J’imagine que le 16 octobre 2014, François Hollande, alors président de la république, organise au Bourget les « États généraux » pour préparer le lancement de la « Grande transition ». Y participe Jared Diamond, auteur du livre Collapse (L’effondrement) qui tient une conférence. S’appuyant sur de nombreuses études scientifiques, l’auteur américain y explique les causes qui ont provoqué l’effondrement de la civilisation des Mayas ou de l’Île de Pâques. Ces deux exemples illustrent parfaitement pourquoi nous sommes en train de nous enfoncer dans une impasse à l’issue tragique, si nous ne changeons pas de mode de vie, en oubliant les leçons du passé… 

Voici l’extrait de mon livre. 

Le précédent de la chute des Mayas et de l’île de Pâques

Ensuite, PowerPoint à l’appui, Jared Diamond avait présenté plusieurs exemples de civilisations ayant disparu, comme la Crète de Minos au xiie siècle avant J.-C. ou le royaume khmer d’Angkor (qui compta jusqu’à 750 000 habitants) au xive siècle après J.-C. « On a longtemps suspecté que ces effondrements mystérieux avaient été déclenchés par des problèmes écologiques, avait-il expliqué en introduction, à savoir que les gens avaient détruit de manière non intentionnelle les ressources environnementales dont leur société dépendait. Cette hypothèse d’un suicide écologique a été confirmée par des archéologues, climatologues, historiens, paléontologues et palynologues (les spécialistes du pollen). Ceux-ci ont identifié huit facteurs qui peuvent conduire à un écocide : la déforestation et la destruction des habitats naturels (érosion des sols et salinisation), des aléas climatiques sévères, la surchasse et la surpêche, les effets d’espèces introduites sur les espèces natives, la croissance démographique et l’augmentation de l’impact écologique par habitant. Il est intéressant de noter que les sociétés qui ont été confrontées à une grave dégradation de leur environnement ne se sont pas toutes effondrées, avait poursuivi Jared Diamond. Et, contrairement à ce que l’on pourrait croire, celles qui ont disparu n’étaient pas les plus primitives de leur temps, mais les plus créatives et avancées, comme celle des Mayas. »

Le biologiste américain montra alors une photo d’un temple de Palenque, au cœur de la forêt tropicale du Chiapas (Mexique). Cette ville qui avait été l’un des hauts lieux de la civilisation maya fut mystérieusement abandonnée au ixe siècle, ainsi que d’autres cités comme Copán ou Tikal. Je l’avais visitée en 2009 et j’avais été impressionnée par les vestiges archéologiques qui témoignaient d’une histoire glorieuse, commencée plus de 2 000 ans avant Jésus-Christ[1]. Les Mayas, en effet, avaient découvert l’écriture (sur des livres en écorce de figuier), étaient férus d’astronomie, de mathématiques et d’architecture, et pratiquaient l’agriculture irriguée (avec des réservoirs d’eau, des canaux et des aqueducs) qui pendant des siècles avait permis de nourrir des millions d’habitants. D’après les scientifiques, la chute de cette civilisation sophistiquée fut d’abord due à la déforestation : au fur et à mesure que croissait la population, les paysans déboisèrent les collines qui surplombaient les vallées de moins en moins fertiles, provoquant un phénomène d’érosion dans tout le secteur ; ensuite, une sécheresse prolongée due à une modification du climat affecta gravement la production alimentaire ; enfin, le comportement « bling bling » de l’élite porta le coup de grâce : les notables aimaient étaler leurs richesses en parant leurs demeures de stuc, dont la fabrication nécessitait d’énormes quantités de bois (pour chauffer le calcaire), accélérant ainsi la déforestation, tandis que les rois des cités passaient leur temps à guerroyer et à exhiber leur puissance en faisant ériger des temples de plus en plus somptueux, plutôt que de s’occuper de la gestion quotidienne de leur territoire.

Le comportement « bling bling » est aussi l’une des deux causes principales de l’effondrement de la société de l’île de Pâques, dont les statues monumentales (les moai) continuent d’enthousiasmer les visiteurs, comme le premier d’entre eux, le navigateur Jakob Roggeveen. Le Néerlandais débarqua sur l’île, située dans le Sud-Est du Pacifique au large des côtes chiliennes, le jour de Pâques de 1722 (d’où le nom). Il constata que, contrairement au reste de l’Océanie, la végétation était rabougrie avec des arbres ne dépassant pas les trois mètres de haut. « L’île de Pâques constitue l’exemple parfait d’une société qui s’est autodétruite en surexploitant ses propres ressources, avait expliqué Jared Diamond. Entre le ixe et le xive siècle, toute la forêt a été exterminée et, avec elle, la faune et la flore dont se nourrissaient en partie les habitants. La disparition des arbres, comme les palmiers, a provoqué l’érosion des sols, et donc un effondrement de la production alimentaire, puis des famines qui ont décimé la population. De nombreux actes de cannibalisme ont été rapportés. Et l’une des causes de cette destruction insensée de l’environnement, ce sont précisément les statues ! » En effet, les cent treize moaï de tuf érigées sur des terrasses empierrées (ahu) avaient certes une valeur religieuse, mais elles représentaient aussi des symboles de richesse exhibés par les chefs de clan[2]. Et pour les déplacer (la plus haute mesure dix mètres de haut et pèse soixante-quinze tonnes), les Pascuans utilisaient des traineaux en bois, tirés avec des cordes de bois sur des rails constitués de rondins de bois.

« La tragédie de l’île de Pâques est une métaphore du sort funeste qui nous attend, avait conclu Jared Diamond, car tout indique que nous sommes en train de perpétrer le plus grand écocide de l’histoire de l’humanité. Grâce à la mondialisation, le commerce international, le trafic aérien et Internet, les pays partagent aujourd’hui les mêmes ressources et peuvent s’affecter mutuellement, comme autrefois les nombreux clans de l’île. Quand les difficultés sont devenues sérieuses, les habitants de Pâques n’avaient aucun endroit pour fuir ni personne pour les aider, de même que les Terriens n’auront aucun refuge quand le réchauffement climatique rendra la planète invivable. Sachez, cependant, que nous avons encore un tout petit peu de temps pour éviter ce scénario catastrophe, si nous sommes capables de tirer les leçons des civilisations qui ont su échapper à l’effondrement. »

[1] Les Mayas occupaient un territoire qui comprenait le sud du Mexique et les territoires actuels du Belize, du Guatemala, du Salvador et du Honduras.

[2] L’ensemble archéologique de l’île de Pâques compte 887 moaï, dont la plupart n’ont pas été achevées et ont été retrouvées dans les carrières de tuf et de basalte ; de même, sur les trois cents ahu, seuls cent treize comportent une statue.

Demain: comment certaines civilisations ont pu éviter l’effondrement…